Icone Mini momie.png Wiki zombi

Ce wiki n'est plus entretenu. Les informations qui y sont contenues sont pour la plupart obsolètes.

Le flambeau de l'espoir

De Le wiki Final Fantasy XIV Online - JeuxOnLine
Aller à : navigation, rechercher
Résumé ( Spoil ! )

Selon Haurchefant, le Coerthas se trouve également dans une situation critique. Les dragons de Dravania ont fini par lancer l'assaut sur la sainte Cité d'Ishgard, qui a enclenché l'état d'alerte maximal. Malgré ces événements peu rassurants, l'Élézen a décidé de vous offrir l'asile au camp de la Tête du dragon, dans un lieu nouvellement baptisé “refuge des neiges” en hommage aux services rendus à son peuple par les Héritiers de la Septième Aube. Parlez à la sentinelle des Fortemps pour découvrir votre nouveau quartier général en compagnie d'Alphinaud et y retrouver ce qui reste de vos camarades.

Tataru vous attendait à l'intérieur du refuge des neiges. En vous voyant, la pauvre réceptionniste n'a pu s'empêcher de fondre en larmes... Attaquée par les Braves du Cristal à Limsa Lominsa, elle a été sauvée in extremis par l'intervention de Yugiri, la chef de vos alliés domiens, qui vous a renouvelé son soutien et assuré que les ninja feraient tout pour retrouver la trace des Héritiers disparus. Néanmoins, cette déclaration n'a que peu remonté le moral d'Alphinaud, persuadé d'être le responsable principal de la tragédie qui vient de se dérouler. Heureusement, grâce aux paroles réconfortantes de Tataru et d'Haurchefant, il est parvenu à retrouver le sourire et à reprendre courage. Le flambeau de l'espoir réchauffe peut-être le cœur des rescapés au refuge des neiges, mais Ul'dah est au bord du gouffre. Raubahn a été emprisonné et la Cité du désert est tombée entre les mains de Lolorito, tandis que la menace des Asciens et des dragons se fait de plus en plus pressante... Et alors que le chaos semble assaillir Éorzéa de toutes parts, le Guerrier de la Lumière fixe d'un regard volontaire les remparts de la sainte Cité d'Ishgard.

Déroulement

  • Parler à la sentinelle des Fortemps.

Dialogues

Dialogues ( Spoil ! )

Haurchefant : J'ai reçu un message de notre capitale. Ishgard a subi un nouvel assaut, et apparemment, plusieurs vouivres ont réussi à pénétrer dans la cité.
Les templiers ont abattu ces créatures, mais suite à cette intrusion, l'ordre a été donné de renforcer davantage la garde et de placer la ville en état d'alerte continu.
La perte des protections magiques des Portes du Jugement se fait durement ressentir...
C'est toutefois une bonne chose que sire Aymeric soit revenu d'Ul'dah et assure de nouveau le commandement des défenses d'Ishgard.
En ce qui vous concerne, je crains que nous ne puissions pas beaucoup vous aider tant que la menace qui pèse sur notre État n'aura pas diminué.
Mais garde espoir, mon ami ! Toi et tes camarades n'êtes pas sans alliés !
Vous pouvez rester ici aussi longtemps que vous le voudrez. Nous pouvons même renommer ce bâtiment en “refuge des neiges”, si le cœur vous en dit !
Plus sérieusement, ceux qui vous poursuivent n'obtiendront aucune aide de la part de la maison Fortemps. La réputation des Ishgardais d'être peu hospitaliers nous fournira un bon alibi.
Les agents d'Ul'dah se verront refuser toute demande de renseignements et ne pourront venir enquêter ici tant que votre innocence n'a pas été rétablie.
Tu as combattu auparavant pour préserver l'honneur d'un de mes proches amis, et c'est avec plaisir que je te rendrai la pareille !
Mais nous avons assez parlé de tout ceci. Va donc rejoindre tes camarades.
Il fait bien froid, aujourd'hui, et je suis sûr qu'ils apprécieront d'autant plus la chaleur de ta présence.

Sentinelle des Fortemps : Sire <joueur>, vous êtes attendu à l'intérieur du, euh... c'était quoi déjà ? Ah oui, le refuge des neiges. Il va falloir que je m'y fasse...
Tataru : ... Oh, <joueur> !! Alphinaud, vous êtes là aussi !
Snif... (pleure de joie)
Snif... Excusez-moi, je n'ai pas pu retenir mes larmes en vous voyant sains et saufs... Minfilia et les autres ont tous disparu, et je me suis retrouvée toute seule dans ce lieu si froid... Je ne savais pas si je vous reverrais un jour...
Vous vous souvenez que j'étais restée à Limsa Lominsa pour faire des courses, n'est-ce pas ? Eh bien, figurez-vous qu'un individu vêtu de l'uniforme des Braves du Cristal m'y a agressée !
F'lhaminn a réussi à le repousser tant bien que mal et j'ai pu m'enfuir, mais j'étais tellement désemparée que je me suis perdue... C'est là que j'ai eu un gros coup de chance...
Yugiri : Oui, heureusement que je patrouillais dans le coin! S'ils vous avaient mis la main dessus, les Braves du Cristal ne vous auraient pas fait de cadeau.
C'est la première fois que vous voyez mon visage, n'est-ce pas ? Vous n'auriez pas ce plaisir si je n'avais pas perdu mon capuchon dans le feu de la bataille, hé hé...
Tataru : Merci encore, Dame Yugiri !
Grâce à votre protection, j'ai pu parvenir au refuge des sables pour avertir Urianger de la situation. Ce n'est qu'ensuite que nous sommes arrivées toutes les deux ici.
Oh, ne vous en faites pas pour Urianger. Il a déployé une barrière magique autour du bâtiment pour donner l'illusion à quiconque voudrait y pénétrer qu'il est inoccupé.
L'attaque impériale sur le refuge des sables aura au moins servi à une chose : nous forcer à mettre au point un système de défense qui s'est révélé être très utile !
Yugiri : Seulement, on ne peut pas en dire autant du refuge des roches... Le lieu a été complètement mis à sac par les Braves du Cristal. De plus, mes hommes n'ont retrouvé aucune trace des autres Héritiers...
Enfin, je suppose qu'il vaut mieux nous réjouir que vous soyez tous les deux en vie. À présent, je vous prie de m'excuser car je dois organiser mes troupes en vue de récolter un maximum d'informations sur cette affaire.
Avant de partir, vénérables amis, je tiens à vous renouveler tout mon soutien. Pour les Domiens, les Héritiers de la Septième Aube sont comme des frères et sœurs. Vous pouvez être certains que je vous recontacterai dès que j'en saurai plus.
---
Alphinaud : Tout est de ma faute...
J'ai cru être le seul à vraiment comprendre les maux qui touchent Éorzéa, et voyez ce que cette arrogance a apporté.
J'ai donné des ordres, influencé les dirigeants des États avec mes certitudes...
J'ai traité les Braves du Cristal et les Héritiers de la Septième Aube comme les pions de mes grands projets pour sauver ce continent et ses gens.
Mais dans ma quête aveugle de gloire imaginaire, je n'ai pas fait attention au sol que je foulais !
Qu'est-ce que je cherchais à accomplir au juste...?
Étais-je assez vaniteux pour croire que je pourrais débarrasser Éorzéa de tous ses problèmes et de ses dangers ? Que je vaincrais l'Empire et les Asciens ? Que je trouverais un toit pour tous les réfugiés ?
J'étais persuadé qu'il suffirait d'appeler les gens à devenir les “protecteurs d'Éorzéa” et de les regarder nettoyer toute trace du chaos, sans avoir à me salir les mains...
Tout ceci n'était qu'un moyen de flatter mon ego.
Et ce n'est que maintenant que tout est perdu que je réalise ceci.
Tataru : Alphinaud...
Haurchefant : Messire Alphinaud, cela vous réjouit-il d'être comme une lame brisée ? N'y a-t-il aucune flamme assez brûlante pour vous reforger ?
Qu'en est-il des braves compagnons qui restent à vos côtés ? J'ose croire que le feu de leurs volontés vous permettra de fendre l'air à nouveau avec votre vivacité d'esprit habituelle !
Alphinaud : Je ne mérite pas une telle amitié. Et puis, où irions-nous...?
Tataru : Alphinaud, si je peux me permettre...
Si cet endroit ne nous convient pas, alors... alors nous irons à Ishgard !
Minfilia me l'a souvent répété : tant que nous ne baisserons pas les bras, le flambeau de l'espoir ne s'éteindra jamais complètement !
Que ce soit dans la neige ou dans les nuages, le peu que nous sommes fera tout pour que la lumière de l'aube brille de nouveau !
Alphinaud : Tu as raison, Tataru. Merci. Et merci à vous aussi, Sire Haurchefant, pour vos gentilles paroles.
En effet, Éorzéa a encore ses vrais protecteurs.
Les Héritiers ont accompli beaucoup de choses, et il serait orgueilleux de ma part de l'oublier en m'apitoyant sur mon propre sort.
Reprenons ensemble notre périple, mes amis.
---
Dame d'honneur de Nanamo : Tout a été arrangé comme vous le vouliez, Seigneur Lolorito.
---
Elidibus : Nabriales a été éliminé...
Lahabrea : Son orgueil aura eu raison de lui... Voilà ce qu'il en coûte de vouloir hâter la venue de l'Ardor.
Nous allons devoir être plus vigilants. Les humains sont tout de même parvenus à se débarrasser d'un immortel.
Elidibus : L'être éveillé doit faire son entrée en scène en tant que simple humain au plus vite.
Lahabrea : Cela va sans dire. Toutes les conditions sont réunies.
Elidibus : Le chaos va frapper en plein cœur du grand nord...
Lahabrea : La guerre fait rage depuis des siècles dans les terres enneigées. C'est sans aucun doute le terrain le plus propice pour faire émerger le chaos, et franchir une nouvelle étape dans le processus d'union entre l'humain et le divin.
Elidibus : Ton plan semble parfait, mais la résurrection de Zordiarche passe avant tout.
Lahabrea : Tu n'as nul besoin de me le rappeler.
Urianger : Je suppose que je dois m'estimer heureux d'avoir reçu une invitation de votre part... Que me vaut cet honneur ?
Elidibus : Je voudrais parler de destin. Du vôtre, du mien... et de celui de cette planète.
---
Midgardsormr : Tu crois vraiment que tu trouveras un refuge, là-bas...?
Folie, désespoir, mort... Voilà ce qui t'y attend...