Icone Mini momie.png Wiki zombi

Ce wiki n'est plus entretenu. Les informations qui y sont contenues sont pour la plupart obsolètes.

Le grand banquet

De Le wiki Final Fantasy XIV Online - JeuxOnLine
Aller à : navigation, rechercher
Résumé ( Spoil ! )

Momodi vous a appris que la dame d'honneur de la sultane Nanamo avait quelque chose d'important à vous dire. Elle vous attend au district politique, près de la salle où se déroule le grand banquet. Prenez connaissance de ce qu'elle a à vous dire avant d'aller festoyer avec tous vos amis.

La dame d'honneur de Nanamo vous a conduite auprès de sa maîtresse. Durant votre entretien avec la sultane, celle-ci vous a annoncé qu'elle comptait abdiquer son trône d'Ul'dah et mettre un terme définitif au sultanat. Elle a estimé que vous étiez la personne la mieux placée pour aider Raubahn à mener la barque uldienne après son retrait de la vie politique. Vous voyant prêt à accepter cette lourde tâche, la souveraine a esquissé un sourire bienveillant et a porté à ses lèvres la coupe préparée par sa dame d'honneur, afin de sceller votre accord. Mais soudain, le destin a frappé : Nanamo, les yeux révulsés, s'est effondrée sur le sol après un spasme très violent. Au même moment, Teledji Adeledji a fait irruption dans la pièce, suivi des lames de cuivre. Voyant le corps sans vie de la sultane, il vous a immédiatement accusé de l'avoir empoisonnée, et en a profité pour inclure tous les Héritiers de la Septième Aube dans le complot. Les mains liées, vous avez été emmené dans la salle du banquet pour que tous les invités puissent voir le prétendu régicide et ses complices. Cependant, Teledji n'avait pas prévu que le général Aldynn perdrait complètement le contrôle de lui-même en apprenant ce qui s'était passé. Le monétariste, trop sûr du succès de son méfait, n'a pas manqué d'ironiser sur la vie et la mort de Nanamo Ul Namo. Bien mal lui en a pris puisque Raubahn, dans un éclat de colère sans précédent, s'est précipité pour lui asséner un coup d'épée qui l'a immédiatement envoyé aux sept enfers. Quelques instants plus tard, il s'apprêtait à infliger le même châtiment à Lolorito, quand Ilberd est venu s'interposer entre les deux hommes et a tranché le bras gauche vengeur de son ancien frère d'armes mhigois. Un combat féroce s'en est alors suivi entre Raubahn et son traître d'ami, au cours duquel les Héritiers n'ont eu d'autre choix que de prendre la fuite, avec les lames de cuivre et les Braves du Cristal renégats à leurs trousses. Après un long périple dans les souterrains uldiens pendant lequel les Héritiers, par petits groupes, se sont sacrifiés pour empêcher que vos ennemis ne vous rattrapent, vous vous êtes retrouvé en duo avec Minfilia. Entendant tout à coup la voix d'Hydaelyn, votre chef vous a annoncé que vous seul étiez capable de porter la lumière de l'espoir, et a rebroussé chemin pour combattre aux côtés des autres. Parvenu enfin à l'air libre, vous y avez rejoint un Alphinaud complètement déboussolé ainsi que Pipin Tarupin, vice-maréchal des Immortels et fils adoptif de Raubahn. C'est alors que Brendt, le marchand avec qui vous aviez fait un bout de chemin alors que vous n'étiez encore qu'un simple inconnu, vous a proposé de monter dans sa calèche afin qu'il puisse vous mettre à l'abri. Après que vous êtes arrivés à Roncenoire, il vous a également assuré qu'une personne de confiance viendrait vous secourir dans très peu de temps. Parlez à Pipin.

La fameuse personne de confiance n'était autre que Cid ! Jugeant que c'était la meilleure décision, Pipin vous a annoncé qu'il allait retourner à Ul'dah pour s'assurer que la situation ne s'était pas trop dégradée, mais aussi pour prévenir les dirigeants de Gridania et de Limsa Lominsa de ne surtout pas vous pourchasser tant que votre culpabilité ne serait pas prouvée noir sur blanc. Alphinaud, sortant quelque peu de sa torpeur, a estimé que l'endroit le plus sûr pour vous réfugier et attendre la fin de l'orage était le Coerthas. Dirigez-vous vers le camp de la Tête du dragon pour y retrouver Haurchefant et lui demander son aide.

Haurchefant a été mis au courant de la situation par Alphinaud, qui lui en a fait un bref résumé. Il est prêt à faire tout ce qui est en son pouvoir pour vous aider, mais on dirait que le Coerthas est également en proie à de forts remous...

Déroulement

  1. Parler à la dame d'honneur de Nanamo, au district politique.
  2. Parler à Pipin.
  3. Parler à Haurchefant, au camp de la Tête du dragon.

Dialogues

Dialogues ( Spoil ! )

Momodi : Au fait, pendant que tu étais absent, j'ai reçu un deuxième message pour toi.
Tiens-toi bien, il provient de la dame d'honneur de la sultane Nanamo en personne. Tout ce que je peux te dire, c'est qu'elle veut te parler le plus vite possible.
Passe la voir avant de te rendre au banquet, d'accord ? Elle t'attend au district politique. À bientôt Samael, et surtout, amuse-toi bien !
---
Nanamo Ul Namo : Tu n'aurais pas dû te donner cette peine.
Dame d'honneur de Nanamo : Votre Altesse est généreuse, mais ce serait manquer à mes devoirs.
Si Votre Grâce le permet, je vais appeler le Guerrier de la Lumière.
Nanamo Ul Namo : Nous t'en prions.
---
Minfilia : Tout le monde semble de bonne humeur.
Alphinaud : Et pour cause.
Minfilia : Une bataille durement gagnée permet souvent de rassembler les personnes les plus divisées.
Grâce à toi, nous avons fait un pas de plus vers une Éorzéa unie.
Alphinaud : Ta modestie ne connaît donc aucune limite, Minfilia.
Sire Aymeric ne serait pas devenu un allié aussi important sans ton soutien.
Lorsqu'il aura convaincu ses compatriotes de rejoindre l'Alliance Éorzéenne, nous jouirons tous des avantages que cela nous apportera, tant militairement qu'économiquement.
Crois-moi, nous sommes sur le point d'entrer dans une nouvelle ère d'unité et de prospérité.
La seule chose qui continue de nous diviser sont des différends territoriaux.
Mais je suis persuadé qu'à terme, nous arriverons à trouver une solution pacifique à ce problème.
... Avec l'aide, notamment, de notre Guerrier de la Lumière... qui ne semble pas être parmi les invités.
Minfilia : Il ne devrait pas tarder à arriver. Une affaire l'a obligé à se rendre aux Sables mouvants, mais ça n'avait pas l'air grave.

Dame d'honneur de Nanamo : Merci d'être venu, Messire <joueur>. J'ai un message pour vous de la part de dame Nanamo. Elle souhaiterait vous voir au plus vite.
Je suis vraiment désolée de retarder votre plaisir, mais auriez-vous l'amabilité de m'accompagner jusqu'à ses appartements ?
Nanamo Ul Namo : Entre.
Nanamo Ul Namo : Votre invité est arrivé, Votre Altesse.
Nanamo Ul Namo : Nous sommes désolée de t'avoir mandé aussi soudainement.
---
Merlwyb : Je suis soulagée de savoir que l'Avancée de la Foi a résisté à l'assaut des Dravaniens.
Kan-E-Senna : Qu'en est-il de la sainte Cité ?
Aymeric : Nous avons subi quelques pertes, mais le cœur d'Ishgard continue de battre avec vigueur. Je ne pourrais certainement pas en dire autant, si nous n'avions pas reçu votre généreux soutien.
Raubahn Aldynn : Ishgard fait tout autant partie d'Éorzéa que nous. Dans ce genre de situation, nous devons nous serrer les coudes.
Alphinaud : Tant de belles paroles après les faits...
Aymeric : Je désirais attendre que Son Altesse fasse son apparition, mais le moment me paraît bien choisi pour faire une allocution...
Amis et alliés ! Permettez-moi de vous exprimer la sincère gratitude d'Ishgard pour la part que vous avez jouée dans la défense de notre cité.
Sur la base du succès de cette alliance, j'espère bien convaincre l'Archevêque d'ouvrir les Portes du Jugement et d'accueillir enfin nos États frères entre nos murs après tant d'années ! Éorzéa sera à nouveau unie !
Alphinaud : ... Yuyuhase ? Très bien, j'arrive.
Minfilia : Quelque chose ne va pas ?
Alphinaud : Ce n'est rien de grave. Je reviens tout de suite.
---
Alphinaud : Tu désires me parler, Yuyuhase ?
---
Nanamo Ul Namo : Tu peux prendre congé de nous.
Dame d'honneur de Nanamo : Votre Grâce.
Nanamo Ul Namo : Tu te demandes sûrement pour quelle raison nous t'accordons cette audience en privé. La question que nous allons aborder te permettra de comprendre pourquoi la discrétion est de mise.
Nous avons l'intention de mettre un terme au sultanat d'Ul'dah.
Tu as pu constater par toi-même la tourmente qui fait rage dans nos rues. Les dirigeants manquent à leurs devoirs, et ce sont nos sujets qui payent le prix de cette incompétence.
Mais nous ne les laisserons pas souffrir davantage. La célébration de la victoire nous donne l'occasion parfaite de déclarer la fin du sultanat.
Nous avons l'intention de remplacer la classe dirigeante de la Cité d'or par une république juste et impartiale. Notre État ne se soumettra plus à la volonté de quelques privilégiés.
Cette décision va ébranler les fondations de tout ce que nous avons connu. Aussi fort et influent qu'il soit, Raubahn aura beaucoup de mal à se faire entendre seul.
C'est pourquoi nous souhaitons que tu lui apportes ton soutien.
Tu as affronté avec succès les ennemis les plus dangereux et tu es un héros à qui nous pouvons faire confiance. Veux-tu bien faire ça pour nous ?
Nous te sommes reconnaissante... de tout notre cœur.
Nous avons tous les deux bien changé depuis cette rencontre au pied de l'Arbre du Sultan, et les jours à venir vont sûrement nous changer encore plus.
Teledji Adeledji : Votre Altesse !?
Par tous les Dieux... Sa Grâce est morte !
Du poison dans son vin...!?
C'est toi ! Tu l'as assassinée !
N'espère pas pouvoir nier ton crime ! Je ne vois aucun autre suspect ici, et cette pièce n'a qu'une seule porte !
Tu es coupable de régicide! Gardes, arrêtez ce meurtrier !
---
Alphinaud : Hein !?
Brave du Cristal : La plupart des Héritiers ont été mis aux arrêts. Le refuge des roches est également sous contrôle.
Alphinaud : Qu'espères-tu accomplir avec cette mutinerie ?
Yuyuhase : Mais exactement ce que vous avez toujours espéré réaliser, Commandant : servir les intérêts d'Éorzéa.
---
Raubahn Aldynn : Mais qu'est-ce qui se passe ?
Aymeric : Des chevaliers d'Ishgard ? Voilà qui n'augure rien de bon...
Teledji Adeledji : Sire Aymeric, un message vient de nous parvenir d'Ishgard.
Il semblerait que vos ennemis aient lancé un nouvel assaut, et votre retour est demandé d'urgence. Ces chevaliers sont venus pour vous escorter jusqu'à la sainte Cité.
Aymeric : ... Une attaque surprise ?
Lucia : Nous n'avons reçu aucun rapport de ce genre, Capitaine général. Le moment de cet assaut semble idéalement coïncider avec notre absence de la Cité...
Aymeric : En effet, oui...
Chevalier ishgardais : Capitaine général, nous devons partir au plus vite !
Aymeric : L'accueil dans votre belle cité a été des plus agréables. J'espère que j'aurai un jour l'occasion de vous rendre la pareille.
Allons-y, Lucia.
---
Thancred : Qu'est-ce que c'est que tout ce raffut ?
Oh, j'ignorais que j'avais des admirateurs même chez les lames de cuivre. Vous m'en voyez désolé, messieurs, mais j'ai un certain penchant pour la gent féminine.
Lame de cuivre : Thancred des Héritiers de la Septième Aube, tu es accusé d'avoir espionné pour le compte de l'empire de Garlemald !
Thancred : Espionné ? Moi ? Mais de quoi parlez-vous ?
Ah, si c'est en rapport avec le conflit contre la 14e légion, vous devez savoir qu'à l'époque, je n'étais pas moi-même...
Lame de cuivre : L'interrogatoire d'un prisonnier impérial a révélé ton implication dans nombre d'échanges avec l'ennemi. Nous avons également découvert des rapports indiquant que tu t'adonnes à des pratiques interdites.
Tu ferais mieux d'obtempérer et de nous suivre.
Thancred : On m'invite à une réception, et maintenant on me dit de partir ? J'ai horreur des gens qui envoient des signaux contradictoires...
De toute façon, cette farce m'a coupé toute envie de rester ici plus longtemps !
---
Raubahn Aldynn : Vous allez trop loin, Teledji Adeledji ! De quel droit envoyez-vous des gardes en plein banquet officiel et congédiez-vous des émissaires étrangers sans l'accord de Son Altesse !?
Vous agissez comme si les lames de cuivre étaient à vos ordres et méprisez l'autorité du sultanat ! Quittez cette salle sur-le-champ !
Teledji Adeledji : Voulez-vous me faire croire que les Immortels n'obéissent pas à tous vos caprices, Général ? Laissez-moi vous dire que vous êtes mal placé pour me donner des leçons !
Et je peux difficilement faire preuve de mépris pour l'autorité du sultanat, lorsqu'un assassin a ôté la vie à sa représentante !
Raubahn Aldynn : ... Un assassin ? Ici, au palais !?
Teledji Adeledji : Exactement ! Nous avons surpris cet aventurier des Héritiers de la Septième Aube dans les appartements privés de Son Altesse peu de temps après son méfait !
Minfilia : Vous ne croyez quand même pas que...
Teledji Adeledji : Jusqu'à preuve du contraire, votre organisation tout entière est tenue pour responsable de cette atrocité.
Qu'on emmène ces prisonniers !
Ilberd : Cet homme est accusé d'avoir assassiné Sa Majesté Nanamo Ul Namo. Et en tant que complices de ce crime, tous les membres des Héritiers de la Septième Aube ont été arrêtés pour être interrogés.
Minfilia : Ça ne peut pas être vrai !
Ilberd : Quel étrange coup du sort ! Qui aurait cru qu'un héros comme vous finirait ainsi ?
Teledji Adeledji : Si vous avez des doutes, sachez que nous avons découvert une fiole du même poison que celui qui a tué Sa Grâce dans les effets de l'accusé.
Y'shtola : Comme par hasard...
Teledji Adeledji : Oh, vous voulez parler de hasard ?
Est-ce vraiment un “hasard” que ce soit vous qui avez convaincu Sa Grâce d'organiser ce banquet avec les Ishgardais, et ainsi détourné l'attention de tous, vous donnant la parfaite occasion de l'assassiner ?
Minfilia : Comment osez-vous porter de telles accusations !?
Teledji Adeledji : Silence, vile enchanteresse ! Ne croyez pas pouvoir me duper avec la sorcellerie que nous savons vous et vos disciples pratiquer !
Oh, oui, je vous ai vue user de ces charmes pour contrôler les âmes des chefs de l'Alliance !
N'oublions pas vos liens étroits avec sire Aymeric. Vous sembliez en effet être très intime avec l'émissaire de ce peuple tristement réputé pour sa froide morgue.
Laissez-moi vous dire ce que je pense : cette bataille pour la défense d'Ishgard n'était qu'une ruse pour nous tromper et disperser nos troupes.
Maintenant que nous sommes affaiblis et désorganisés, vous allez convaincre vos alliés du Coerthas d'envahir nos terres !
Papalymo : C'est complètement ridicule !
Yda : Mais d'où sortez-vous toutes ces âneries ?
Raubahn Aldynn : Non... Elle ne peut pas être morte !
Écarte-toi, Ilberd ! Je dois voir Son Altesse !
Ilberd : C'est inutile, mon vieil ami. J'ai vu son cadavre de mes propres yeux.
Le poison l'a semble-t-il tuée instantanément. Sa servante peut te le confirmer aussi.
Raubahn Aldynn : C'est pas vrai...
Nanamo... NOOOOOON !!
Teledji Adeledji : Nous ne pouvons plus confier la sécurité de notre Cité aux sultanistes. Le gouvernement d'Ul'dah doit revenir au Cartel, et aux monétaristes. Général, vous feriez mieux de vous concentrer sur les funérailles de Sa Grâce.
Croyez-moi, vous et votre sultane n'avez été qu'une source de problèmes...
Raubahn Aldynn : C'était donc toi...
Teledji Adeledji : Mais... de quoi parlez-vous ?
Raubahn Aldynn : Tu as préparé cet assassinat depuis le début !
Teledji Adeledji : C'est absurde. Je dois toutefois reconnaître que cette gamine m'en a fait voir de toutes les couleurs.
Nanamo n'était pas destinée à devenir autre chose qu'une marionnette. Maintenant que les fils ont été tranchés, elle peut enfin reposer en paix au royaume de Thal, si vous voulez mon avis.
Raubahn Aldynn : Mais tu n'as donc aucun respect pour son âme !?
Lolorito : Avez-vous perdu la tête, Général !? Il est interdit de dégainer son arme dans le palais, et encore moins de tuer un membre du Cartel !
... Vous êtes avec eux ! Oui, vous avez collaboré avec les Héritiers pendant tout ce temps !
Raubahn Aldynn : Toi aussi, tu vas payer... Misérable vermine...
Kan-E-Senna : Raubahn !
Merlwyb : Par les sept enfers !
Soldat du Maelstrom : Amirale, nous devons partir !
Ilberd : Ça ne te ressemble pas de te laisser vaincre aussi facilement.
Lolorito : Qu'on mette les Héritiers de la Septième Aube en détention ! Ils ont conspiré dans le but d'assassiner la Sultane et de renverser le gouvernement d'Ul'dah !
Et emmenez ce traître aussi !
Raubahn Aldynn : Ilberd... Tu t'es laissé acheter par ces chiens...!
Ilberd : J'en avais juste marre de vivre dans la boue et la misère. Tout le monde ne peut pas abandonner Ala Mhigo et devenir un héros comme toi, tu sais.
Mais tu n'es plus le même homme qu'avant, Raubahn. Tu es devenu si docile depuis que la sultane t'a mis sous son joug.
Elle a su saisir le taureau et lui briser ses cornes... Et un taureau qui ne peut plus se battre est juste bon pour l'abattoir.
Raubahn, tu veux savoir qui a vraiment tué ta sultane ?
... C'est moi.
Raubahn Aldynn : Je n'ai pas cru un instant que vous aviez assassiné Nanamo... Il reste trop de parts d'ombre dans ce coup monté.
Vous devez fuir et laver vos noms de cette infamie !
Trouvez qui est derrière ce complot ! C'est la seule solution ! Partez !!
---
Thancred : Ah, vous voilà enfin !
Y'shtola : Thancred ! Mais où étais-tu passé !?
Thancred : J'essayais de repousser les avances un peu trop véhémentes de certains “admirateurs”.
Lorsque j'ai réalisé que le banquet de célébration tournait au vinaigre, j'ai préféré m'éclipser et faire le point sur la situation au calme.
On dirait bien que la cité est sous bonne garde. Donner un plus grand pouvoir aux lames de cuivre n'était pas une excellente idée, après tout...
Papalymo : Les plans de quelqu'un dépendaient apparemment du contrôle de l'endroit par ces sales brutes. Depuis combien de temps ce complot est-il en marche ?
Y'shtola : Des préparations méticuleuses, le déploiement rapide d'unités... J'ai tendance à croire que le général Aldynn a raison lorsqu'il dit que tout ceci cache des machinations bien plus complexes.
Yda : Il y a beaucoup d'anciens mercenaires parmi les lames de cuivre, et les Braves du Cristal ne sont pas mal non plus. Ça te donne pas envie de te mesurer à eux, Papalymo ?
Papalymo : La force de nos adversaires n'est pas vraiment la question qui se pose ici, Yda !
Minfilia : L'assassinat de la sultane n'était qu'un élément du complot. Beaucoup d'efforts ont été faits pour discréditer et neutraliser notre organisation.
Papalymo : Dans ce cas, on peut considérer que le refuge des roches n'est plus un lieu sûr pour nous. Voilà donc ce que ça fait d'être des fugitifs...
Thancred : La première chose à faire, c'est de trouver un moyen de s'échapper du guêpier qu'est devenue Ul'dah.
Papashan m'a parlé une fois de passages secrets dans les murs du palais. Si je me souviens bien, leur entrée se trouve dans la cheminée des appartements de Nanamo.
Ça devrait nous conduire hors de la cité et nous permettre d'éviter toute rencontre indésirable.
Yda : Prenez les devants. Je vais m'occuper d'eux !
Papalymo : Toute seule !?
Je crois plutôt que tu vas avoir besoin de mon aide.
Yda : J'ai toujours rêvé de me frotter aux Braves du Cristal !
Minfilia : Yda ! Papalymo !
Papalymo : Nous allons les retenir. Dépêchez-vous ! Trouvez ces fameux passages secrets !
Thancred : Minfilia ! Nous devons faire vite !
--
Yda : Ça... tu vas me le payer !
Papalymo : Ça va, Yda ?
... Bon sang, ils sont trop nombreux !
Yda : Ne t'inquiète pas pour moi ! Je pourrais faire ça toute la journée ! Et toi, tu t'en sors ?
Papalymo : Je vais pas pouvoir tenir longtemps !
Yda : Les Héritiers sont ici pour protéger ce continent du mal qui cherche à le détruire ! Nous ne laisserons personne nous arrêter !
Papalymo : Si vous croyez que nous allons laisser Éorzéa être régie par vos maîtres, vous vous fourrez le doigt dans l'œil !
Yda : Je suis désolée de t'avoir entraîné là-dedans, Papalymo...
Papalymo : Bah, ce n'est pas la première fois... et je doute que ce soit la dernière.
Finissons-en avec eux !
Yda : J'étais impatiente que tu me dises ça !
---
Minfilia : J'ignorais l'existence d'une telle voie d'eau sous Ul'dah.
Y'shtola : Elle a probablement été aménagée pour l'usage que nous en faisons maintenant. L'architecture est plutôt ancienne... héritée des Sildiens, je dirais.
Poursuivant : Par ici !
Thancred : Eh bien, ça ne leur a pas pris beaucoup de temps. Ces tunnels ne sont apparemment pas aussi secrets que je l'espérais.
Y'shtola : Continuez, tous les deux. Thancred et moi allons rester en arrière.
Minfilia : Qu'est-ce que vous allez faire !?
Y'shtola : Ne t'inquiète pas. Ce qui importe, c'est que la lumière de l'aube continue de briller.
Thancred : N'ayez crainte, Minfilia. J'ai bien l'intention de vous revoir.
Minfilia : Mes amis...
Thancred : Allez-y, vite !
Les chances ne sont pas vraiment de notre côté...
Y'shtola : Leur nombre n'importera plus lorsque j'aurai fait s'effondrer le tunnel sur leurs têtes... Je dois toutefois avouer que je ne suis pas émerveillée par l'idée d'être ensevelie avec toi pour toujours.
Thancred : Nombre de demoiselles tueraient pour avoir cette chance !
Tout va pour le mieux... Mais je crois qu'il est temps, Y'shtola !
Y'shtola : Je suis prête !
Pardonne-moi, Y'mhitra...
Thancred : Adieu, douce Minfilia...
---
Minfilia : Hydaelyn... Elle s'adresse à moi.
Non !
Je dois rester ici... seule.
Je t'en supplie, tu es le Guerrier de la Lumière ! Tu es l'espoir ! Pour nous Héritiers et pour Éorzéa !
Tant que ta flamme continuera de brûler, la lumière de l'aube pourra être rallumée, encore et encore.
Tu dois t'échapper, et sauver cette terre des ténèbres qui la menacent !
Il n'y a pas d'autre solution. Sans lui, tout espoir est perdu...
---
Alphinaud : Je suis heureux de vous savoir sain et sauf, mon ami ! Mais où sont les autres ?
Maudit Teledji Adeledji !
Il a bien joué son jeu ! J'ai vraiment cru que les Braves du Cristal étaient à mes ordres jusqu'à ce que je sente une épée dans mon dos.
??? : Nous aurons tout le temps de discuter de ceci plus tard. Pour le moment, nous devons nous éloigner d'Ul'dah au plus vite.
Brendt : Eh, mais c'est ce bon vieux héros des Héritiers de la Septième Aube ! J'ai l'impression que tu as besoin de faire une petite promenade en caravane, mon ami.
Montez vite ! Il ne faut pas s'éterniser ici !
---
Brendt : J'étais en train de me réapprovisionner à la baie des Vêpres, lorsque je suis tombé sur votre sœur, voyez-vous. Elle m'a dit que vous aviez des pépins à Ul'dah et besoin qu'on vous tire de là.
Je me suis dit que ces ruines feraient une planque idéale, et j'ai donc commencé par chercher par ici... et devinez quoi, c'est là que je vous ai trouvé !
Si j'en juge par la lueur des lanternes qui venaient de la cité, eh bien je suis arrivé au bon moment. Un peu plus tard, et vous étiez fait comme un rat !
Cependant, je dois dire que je n'espérais pas te trouver aussi à cet endroit, mon ami.
Alphinaud : Et moi qui pensais veiller sur Alisaie, j'ai bien l'impression que c'est elle qui gardait un œil sur son grand frère. J'aurais vraiment dû être plus vigilant...
Brendt : À qui ai-je l'honneur, jeune homme ?
Pipin : Je suis Pipin Tarupin, vice-maréchal des Immortels.
J'ai passé ces dernières lunes sur le front mhigois, mais un appel m'a fait revenir d'urgence à Ul'dah.
J'avais à peine foulé le pavé de la Cité d'or lorsque les cris ont commencé à résonner dans la rue. J'ai immédiatement cherché à en savoir plus, et c'est comme ça que j'ai trouvé messire Alphinaud. Son arrestation ne m'a pas semblé justifiée.
Ce sont clairement les monétaristes qui sont derrière ce coup. Je savais à quel point ils étaient avares et corrompus, mais je dois admettre avoir été surpris par la manière dont ils ont agi...
Brendt : ... Vous ne seriez pas le fils du général, par hasard ?
Pipin : Tout à fait. Son fils adoptif, bien sûr. J'ai appris ce qui lui est arrivé seulement lorsque nous avons quitté Ul'dah.
Une fois que je vous aurai escortés en lieu sûr, je compte bien retourner là-bas et le tirer de cette situation insensée.
Brendt : Vous n'aurez pas à aller plus loin que Roncenoire. Nos fugitifs ont un ami qui les attend là-bas.
Alphinaud : J'avais de grands projets pour le salut d'Éorzéa...
Mais en fin de compte, c'est moi qui ai besoin d'être secouru...
Brendt : Je vais continuer à surveiller le pourtour de la cité. Avec un peu de chance, je tomberai peut-être sur d'autres rescapés en chemin. Quant à vous, un homme de confiance ne devrait pas tarder à vous rejoindre ici même.
... Surtout, ne baissez jamais les bras. Continuez le combat et la lumière au bout du tunnel finira par briller, j'en suis certain !
Allez, on y va !

Pipin : Je vous envie vraiment, vous savez... On dirait que vos camarades feraient n'importe quoi pour vous. Ce n'est pas tous les jours qu'un marchand arrête de travailler pour aider quelqu'un, surtout à Ul'dah.
Mon père m'a beaucoup parlé de vous, Messire <joueur>.
À chaque fois qu'il me contait vos exploits, je n'avais qu'une envie, celle de vous dire à quel point je vous admire. Quel dommage que notre rencontre ait lieu dans des circonstances aussi tragiques...
Messire Alphinaud, je vous en prie... Vous devez absolument arrêter de broyer du noir. Nos ennemis veulent nous détruire physiquement et psychologiquement, mais nous ne devons pas les laisser avoir le dessus.Vous avez probablement l'impression d'être au fond du gouffre en ce moment, mais essayez de vous concentrer sur le bon côté des choses. À partir de maintenant, la situation ne peut que s'améliorer.
Alphinaud : Je suppose que vous avez raison...
??? : Désolé d'être en retard !
Alphinaud : ... Cid !? Vous, ici ?
Cid : Un certain marchand m'a contacté pour me dire que les choses ne s'étaient pas vraiment passées comme prévu durant le banquet. J'ai donc quitté le Mor Dhona aussi vite que j'ai pu pour vous rejoindre.
Pipin : Ouf, nous sommes sauvés ! Pour être franc, je ne sais pas ce qu'il serait advenu si nous avions été forcés de passer toute la nuit dehors...
Cid : Allons, je n'allais pas vous laisser moisir dans le désert, tout de même ! L'Entreprise nous attend à quelques minutes d'ici. Donnez-moi une destination et je vous y emmène en moins de temps qu'il ne faut pour le dire !
Pipin : Hmm... Le mieux, ce serait de fuir aussi loin que possible d'Ul'dah et des Braves du Cristal. Mais où ?
Alphinaud : ... Je ne vois qu'un seul endroit possible : le Coerthas. Les terres de glace qui abritent la sainte Cité d'Ishgard sont bien trop éloignées pour rentrer dans la sphère d'influence de nos ennemis.
Cid : Bien reçu, Alphinaud ! Dans ce cas, autant filer d'ici immédiatement !
Pipin : J'espère que tout ira bien pour vous. En ce qui me concerne, je dois retourner à Ul'dah pour m'assurer que la situation ne s'est pas trop dégradée.
Les Héritiers de la Septième Aube ont certainement été mis sur la liste des criminels les plus recherchés d'Éorzéa. Il faut vite que je prenne contact avec les dirigeants de Gridania et de Limsa Lominsa afin qu'il ne vous arrive rien pendant votre voyage.
Lorsque le peuple apprendra que les sauveurs d'Éorzéa sont accusés à tort d'une infamie sans précédent, il risque de ne pas être content du tout. Cela devrait calmer les ardeurs des monétaristes au moins pendant un certain temps.
Alphinaud : Merci infiniment, Pipin. Nous comptons sur vous.
Pipin : C'est tout naturel, voyons. Si mon père vous tient en si haute estime, ça ne peut pas être sans raison. Mon devoir est donc de vous aider coûte que coûte, aussi bien pour lui que pour dame Nanamo. Allez-y avant que nous nous fassions repérer !
Cid : Vite, montez ! On décolle tout de suite !
Alphinaud : Mettons-nous immédiatement en route pour le camp de la Tête du dragon, <joueur>. Notre avenir est entre les mains de sire Haurchefant.

Haurchefant : <Joueur>, tu es enfin là ! Si j'ai bien compris ce que m'a raconté messire Alphinaud, j'ai bien peur que vous soyez dans de beaux draps... Mais les draps, ça se lave, ha ha ! Blague à part, je suis sûr que nous parviendrons à trouver une solution.
Pour tout te dire, le Coerthas a lui aussi connu des jours meilleurs. Laisse-moi d'abord te mettre au courant de ce qui s'est passé chez nous.