Icone Mini momie.png Wiki zombi

Ce wiki n'est plus entretenu. Les informations qui y sont contenues sont pour la plupart obsolètes.

Le Thanalan s'embrase

De Le wiki Final Fantasy XIV Online - JeuxOnLine
Aller à : navigation, rechercher
Résumé ( Spoil ! )

Alphinaud vous a proposé d'enquêter avec lui pour découvrir ce qui a déclenché l'insurrection des réfugiés. Les Immortels ont été dépêchés pour contenir les émeutes, et il pense que le général Aldynn sera en mesure de vous donner de plus amples informations. Allez au quartier général des Immortels, et parlez-lui.

D'après le Général, les violences se seraient répandues au-delà des murs de la Cité. La vitesse à laquelle les événements s'enchaînent laisse Alphinaud perplexe. Le jeune Élézen pense que les réfugiés sont manipulés pour servir les intérêts d'autres individus. Les monétaristes semblent les seuls bénéficiaires de cette situation. Seraient-ils derrière tout cela ? La seule façon de le savoir, c'est d'enquêter sur le terrain. Parlez au colonel Ryder et demandez-lui s'il connaît un camp de réfugiés épargné par les émeutes.

Swift vous a orienté vers le camp de Désespérance, dans le Thanalan central. Allez-y sans attendre et interrogez les lames de cuivre qui gardent le camp avant d'approcher les réfugiés.

Le colonel avait vu juste, Désespérance semble épargné par les violences. Leofric vous a conseillé de parler à un Lalafell nommé Zazawaka. Allez dans la grotte plus au nord, et voyez si vous pouvez le trouver.

Zazawaka vous a parlé d'un marchand qui fomenterait la révolte des réfugiés contre les autorités uldiennes. Ce dernier aurait conduit un groupe de volontaires hors du camp, sans doute pour préparer un mauvais coup. Interrogez l'homme qui se cache derrière la tente pour essayer de comprendre pourquoi il est revenu au camp quelques minutes après l'avoir quitté.

L'homme est trop affolé pour parler. Essayez de l'apaiser pour qu'il retrouve ses esprits.

Le mystérieux marchand a fourni des armes aux réfugiés et les a incités a s'attaquer aux autorités uldiennes. Face aux Immortels, leurs chances de victoire sont infimes, pour ne pas dire nulles. Il faut les arrêter avant qu'ils ne se fassent tous massacrer.

Déroulement

  1. Parler à Raubahn, au quartier général des Immortels.
  2. Parler à Swift.
  3. Parler aux lames de cuivre, à Désespérance.
  4. Parler à Zazawaka.
  5. Parler à l'homme apeuré.
  6. /apaiser l'homme apeuré.

Dialogues

Dialogues ( Spoil ! )

Alphinaud : Je me pose beaucoup de questions sur l'origine de ces émeutes. Qu'est-ce qui a bien pu conduire ces hommes et ces femmes à prendre les armes...? Il y a forcément un événement qui a déclenché cette insurrection, une goutte d'eau qui a fait déborder le vase.
Puisque vous êtes ici, que diriez-vous d'enquêter avec moi ? Je pensais justement aller parler au général Aldynn. Comme les Immortels ont été dépêchés pour contenir les émeutiers, il doit avoir des informations qui pourraient nous être utiles.

Raubahn : Pardon, mon ami, mais à moins d'une urgence majeure, je préfère que tu repasses me voir plus tard. Je n'ai vraiment pas le temps de tailler une bavette.
Alphinaud : Excusez-nous de vous déranger à un moment aussi délicat, Général, mais nous cherchons à savoir ce qui a provoqué ce mouvement de révolte.
Raubahn : Alphinaud !? Je ne m'attendais pas à vous voir ici. J'ai appris que vous aviez été grièvement blessé pendant les heurts. Comment vous sentez-vous ?
Alphinaud : Beaucoup mieux, merci. Les infirmiers des Immortels se sont bien occupés de moi. Je leur dois la vie.
Bien que j'aie eu le douteux privilège d'assister au début des émeutes de très près, j'ignore tout de ce qui s'est passé après mon évacuation. Avez-vous réussi à réprimer la révolte ?
Raubahn : ... Oui et non. Les Immortels sont parvenus à chasser les fauteurs de troubles de la Cité, mais le Thanalan tout entier est désormais en proie aux violences.
Mes hommes font leur possible pour rétablir l'ordre, mais la situation reste tendue. Chaque fois qu'on ramène le calme quelque part, ça éclate juste à côté...
Alphinaud : Cela ne me surprend pas vraiment. Toutefois, je vous avouerai que la vitesse à laquelle les événements s'enchaînent me laisse perplexe.
Je comprends qu'ils puissent se sentir oubliés, tels des laissés-pour-compte de la société. Le traitement de faveur accordé aux réfugiés domiens a sans doute renforcé ce sentiment. Malgré tout, j'ai l'impression qu'il y a autre chose...
Ces gens savent pertinemment qu'en créant des problèmes, ils perdront les allocations que leur verse le gouvernement uldien. Ces subventions sont vitales pour eux, et c'est d'ailleurs pour cette raison qu'ils se sont faits discrets jusqu'à aujourd'hui.
Je les vois mal organiser une révolte d'une telle ampleur sans moyens ou préparation; or, ils manquent cruellement de l'un et de l'autre.
Raubahn : Où voulez-vous en venir ?
Alphinaud : Je crains qu'une personne exploite le désespoir des réfugiés pour détourner notre attention de quelque chose de bien plus grave.
Raubahn : Hmm... C'est effectivement une possibilité. Merci de m'avoir averti.
Sur ce, je dois vous laisser. J'ai du travail qui m'attend.
Alphinaud : Le Général en sait plus qu'il ne veut bien le dire... Je comprends qu'il soit méfiant, cependant. Ces émeutes sont une véritable aubaine pour les monétaristes.
Après tout, ces problèmes n'auraient jamais eu lieu si les sultanistes n'étaient pas venus en aide aux Domiens. Le peuple d'Ul'dah risque de leur adresser un sévère réquisitoire.
Lolorito et les siens doivent jubiler en ce moment...
Bon, je propose de nous séparer pour couvrir plus de terrain. Je vais étudier différentes pistes dans le Thanalan. Pendant ce temps, j'aimerais que vous mettiez à profit votre statut d'aventurier pour interroger des réfugiés.
Idéalement, il faudrait trouver un endroit épargné par les émeutes. J'imagine que le colonel Ryder devrait être en mesure de vous renseigner. Allez donc lui parler.
Je vous souhaite bonne chance et vous dis à bientôt.

Swift : Vous voulez interroger des réfugiés !? Et puis-je vous demander pourquoi ?
... Je vois. Dans ce cas, je vous conseille d'aller à Désespérance. Pour autant que je le sache, ils n'ont pas subi d'émeutes là-bas. Vous n'aurez qu'à demander confirmation aux lames de cuivre en arrivant pour en avoir le cœur net.
Je vous prierai d'agir avec tact et diplomatie. La situation est extrêmement tendue et menace de dégénérer à tout moment. Et si jamais vous apprenez quoi que ce soit, faites-le-moi savoir immédiatement.

Amalberga : Si notre camp a été touché par les émeutes ?
... Non, les personnes qui vivent à Désespérance ne sont pas des agitateurs.
Si ça peut vous rassurer, des soldats des Immortels sont passés tout à l'heure pour fouiller les réfugiés et ils n'ont rien trouvé de particulier. Tout est on ne peut plus normal ici.
On a même eu un marchand ambulant qui est venu fourguer sa camelote, comme si de rien n'était. Les affaires doivent être bonnes en ce moment, car il passe tous les jours.
Leofric : ... Tu veux parler aux réfugiés qui vivent ici ? Je t'en prie, fais comme chez toi. Je ne suis pas sûr qu'il en reste beaucoup, cela dit. La plupart sont partis chasser du gibier ou creuser la roche.
Va dans la grotte plus haut, et cherche un Lalafell nommé Zazawaka. C'est un bon petit gars, je suis sûr qu'il acceptera de répondre à tes questions. Enfin, s'il est là...
C'est étrange que les autres ne soient toujours pas revenus. D'habitude, ils rentrent avant la tombée de la nuit...

Zazawaka : Raaah ! Pas encore une fouille impromptue ! Je viens tout juste de finir de ranger mes affaires !
Attends, je te reconnais, toi ! Tu es cet aventurier qui m'a apporté des bâtons d'encens insectifuge, pas vrai ?
Bénis soient les Douze ! Enfin une bonne nouvelle !
Il y a un marchand qui vient souvent au camp ces temps-ci. Personnellement, je ne l'aime pas trop, car il passe le plus clair de son temps à déblatérer contre les dirigeants uldiens. C'est comme s'il cherchait à faire monter la haine pour inciter les gens à se révolter.
Aujourd'hui, il a rassemblé les plus indignés des nôtres et les a conduits en dehors du camp. Je ne suis pas voyant, mais je devine facilement ce qu'il cherche à faire.
La violence ne résoudra pas les choses. Au contraire, elle ne fera que les empirer... Il faut les arrêter avant que les Immortels ne s'en mêlent et qu'il y ait des blessés !
Il y a un homme qui se cache derrière la tente en face de moi. Il est revenu au camp quelques minutes après être parti avec les autres. Sans doute a-t-il eu la pétoche... J'ai essayé de lui parler mais il n'a rien voulu savoir. Tu devrais essayer, peut-être que tu auras plus de chance que moi.

Homme apeuré : (snif) M-moi, je veux juste faire entendre ma voix... J-je veux pas faire de mal aux autres... (snif)
J-j-je savais pas qu'il voulait qu'on se batte... (snif) J'ai été naïf...

Homme apeuré : M-merci... Ça va un peu mieux, grâce à vous...
(soupir) Je n'aurais jamais dû suivre cet homme... En même temps, il était tellement convaincant...
... Oui, oui, je parle bien de ce marchand ! Il s'est présenté à nous comme le “libérateur des oppressés”, il nous a donné des armes puis nous a dit : “Si vous voulez votre liberté, vous devrez la gagner”.
J'étais prêt à me battre, moi aussi, mais peu après notre départ j'ai aperçu par hasard un autre groupe affronter les Immortels. C'est là que j'ai réalisé que nous n'avions aucune chance. J'ai paniqué et suis rentré au camp...
Mes camarades sont en danger ! Il faut les arrêter avant qu'il ne soit trop tard !