Icone Mini momie.png Wiki zombi

Ce wiki n'est plus entretenu. Les informations qui y sont contenues sont pour la plupart obsolètes.

La volonté des esprits

De Le wiki Final Fantasy XIV Online - JeuxOnLine
Aller à : navigation, rechercher
Résumé ( Spoil ! )

Alors que vous vous entreteniez avec Meffrid, un de ses soldats est venu lui dire que l'état de Gallien avait empiré et qu'il était entre la vie et la mort. Choqué, le capitaine de la résistance mhigoise vous a expliqué qu'il avait demandé de l'aide aux villageois du Moulin de la carrière, mais que personne n'avait daigné lever le petit doigt pour lui. Il pense qu'Albreda, qui vit ici depuis longtemps, pourrait certainement convaincre les villageois de sauver son camarade.

Albreda vous a dit qu'elle ne pouvait pas aider Gallien car c'était contraire à la volonté des esprits de la forêt. Elle vous a conseillé de tenter votre chance auprès de Charline, la druidesse du village.

Tout comme Albreda, Charline vous a expliqué qu'elle ne pouvait pas venir en aide aux réfugiés mhigois car les esprits estiment qu'ils n'ont pas leur place dans la Sylve des Douze. Portez la mauvaise nouvelle à Meffrid.

Comme vous pouviez vous y attendre, Meffrid a explosé de rage en apprenant que la druidesse refusait de venir en aide à son compagnon d'armes. Vous vous demandez s'il n'y aurait pas un autre moyen d'aider ce malheureux groupe de réfugiés...

Déroulement

  1. Parler à Albreda.
  2. Parler à Charline.
  3. Parler à Meffrid.

Dialogues

Dialogues ( Spoil ! )

Meffrid : C'est fou ce qu'il y a comme aventuriers par ici! Là d'où je viens, on n'en voyait presque jamais.
Permets-moi de me présenter : je suis Meffrid, capitaine de l'armée de libération mhigoise... du moins ce qu'il en reste.
Bon sang, c'est pas vrai !? J'ai demandé de l'aide aux villageois ; je me suis mis à genoux, je les ai suppliés... mais personne n'a daigné lever le petit doigt. Si Gallien meurt, ça sera de leur faute !!
Soldat mhigois : Capitaine ! Capitaine ! C'est Gallien ! Son état a empiré ! Il est brûlant de fièvre et si on fait rien pour l'aider, il passera pas la nuit !
Meffrid : Aventurier, j'ai besoin de ton aide. Je sais qu'on vient juste de se rencontrer, mais c'est une question de vie ou de mort. Les villageois se fichent des Mhigois, mais peut-être qu'ils écouteront Albreda. Dis-lui qu'elle doit les convaincre de nous aider, je t'en prie !

Albreda : Quoi ? Un des hommes de Meffrid est entre la vie et la mort !? ... C'est malheureux mais je ne peux rien pour lui.
Ce n'est pas que je ne veuille pas l'aider, bien au contraire, mais ce serait aller à l'encontre de la volonté des esprits. Un tel acte serait considéré comme une trahison et tous les habitants du Moulin de la carrière seraient bannis à jamais de la Sylve des Douze.
Ça me fend le cœur de laisser mon compatriote dans cet état, mais je ne peux pas faire autrement...
La seule personne qui peut vous aider, c'est la druidesse Charline. Les espoirs sont minces, je ne vous le cache pas, mais peut-être qu'elle acceptera de vous écouter si vous lui expliquez la situation.

Charline : Vous voulez que je soigne un soldat mhigois à l'article de la mort ? Vous avez un cœur généreux, aventurier, mais aussi louable votre intention soit-elle, ce n'est pas à moi qu'il incombe de choisir de sauver ou non cet homme. Une telle décision ne peut être prise que par les esprits.
Voyez-vous, tous les voyageurs qui passent une nuit au Moulin de la carrière sont jugés durant leur sommeil. Enfants, hommes, femmes, vieillards... personne n'échappe à la règle.
Cela peut sembler cruel, mais les personnes jugées “indignes” ne sont pas autorisées à vivre dans la Sylve, ni à bénéficier de ses bienfaits. Et c'est malheureusement le cas de ce groupe de Mhigois... La volonté des esprits est immuable et le destin de chacun est de s'y soumettre.

Meffrid : La volonté des esprits !? Mon cul, ouais ! Cette chienne de druidesse vient de signer l'arrêt de mort de Gallien ! Autant l'achever tout de suite et lui épargner des souffrances inutiles !
Les esprits ne veulent pas de nous ? Eh bien, c'est tant mieux ! De toute façon, j'avais pas l'intention de rester vivre dans leur maudite forêt !