Icone Mini momie.png Wiki zombi

Ce wiki n'est plus entretenu. Les informations qui y sont contenues sont pour la plupart obsolètes.

Ténèbres en pleurs

De Le wiki Final Fantasy XIV Online - JeuxOnLine
Aller à : navigation, rechercher
Résumé ( Spoil ! )

Jacke vous a appris que les Larmes d'argent et le Cercueil noir se trouvaient dans les mains des Progressistes, une faction réformiste des Bourreaux. Selon lui, le commerçant du marché noir devrait pouvoir vous en dire plus à leur sujet. Allez en discuter avec lui à la Cabane de planches, dans la Basse-Noscea, et débarrassez-vous des Kobolds gêneurs qui tenteront de vous barrer la route.

Vous avez réglé leur compte aux Kobolds. Donnez le sac de gils au marchand mystérieux.

Le marchand vous a dit tout ce qu'il savait sur les Bourreaux et les Progressistes. Retournez à la guilde des surineurs pour faire votre rapport à Jacke.

Le maître de guilde a décidé de vous envoyer sur les lieux de la transaction entre les Progressistes et la riche marchande uldienne, à Costa del Sol. V'kebbe étant partie sans demander son reste, rejoignez-la sur place au plus vite.

V'kebbe vous a expliqué les raisons de sa conduite. Reparlez-lui et récupérez les Larmes d'argent.

Alors que vous alliez partir en mission, Jacke est arrivé pour vous prêter main-forte. Vous avez réussi à mettre un terme à la transaction, mais c'était compter sans l'arrivée de Milala au moment où vous alliez obtenir les Larmes d'argent. Grâce à un prétendu mandat de l'Amirale, la capitaine des casaques jaunes est parvenue à se les approprier à votre place. Parlez à votre maître de guilde à Costa del Sol.

Pendant que vous discutiez avec Jacke, Milala est arrivée et vous a réaffirmé sa volonté d'anéantir la guilde des surineurs, ce qui n'a pas manqué d'échauffer le maître de guilde. Retournez à votre quartier général et parlez-lui.

Il ne reste plus qu'un trésor, celui qui décidera de l'issue du duel entre les surineurs et les casaques jaunes... C'est le moment ou jamais de parfaire vos techniques pour être à la hauteur de la dernière épreuve !
* Jacke propose la prochaine quête aux surineurs de niveau 30.

Déroulement

  1. Abattre la garde kobolde du marchand mystérieux à la Cabane de planches (3 kobolds de niveau 25).
  2. Remettre le sac de gils au marchand mystérieux.
  3. Parler à Jacke, à la guilde des surineurs.
  4. Parler à V'kebbe, à Costa del Sol.
  5. Reparler à V'kebbe et récupérer les Larmes d'argent.
    • Vous entrez dans une instance limitée au niveau 29 dans laquelle vous devez affronter plusieurs packs d'ennemis.
    • Après avoir vaincu les 2 premiers packs allez aider Jacke en prenant à droite sur le ponton. Si vous ne le faites pas vous vous retrouverez seul pour affronter le dernier pack dont le capitaine risque de vous faire mordre la poussière.
  6. Parler à Jacke, à Costa del Sol.
  7. Parler à Jacke, à la guilde des surineurs.

Dialogues

Dialogues ( Spoil ! )

Jacke : Bienvenue à nouveau parmi nous, <joueur>. Je préfère te prévenir tout de suite, ta prochaine mission risque d'être très dangereuse. Tu as bien fait de t'entraîner assidûment.
L'Étoile bleue se trouve déjà en notre possession au grand dam de Milala. Il ne nous manque plus que deux trésors pour sauver notre guilde de la disparition.
Mais pour les reprendre aux mains de celui qu'on appelle le tourmenteur, nous risquons de devoir mettre nos vies en danger... Sur ces paroles inquiétantes mais réalistes, passons à l'élaboration de notre plan.
Bien ! Vous connaissez notre but, mes amis : récupérer coûte que coûte les Larmes d'argent et le Cercueil noir, les deux trésors toujours dans la nature, avant que Milala et les casaques jaunes ne s'en emparent.
V'kebbe : Jacke... Où est passé Perimu Haurimu ?
Jacke : Ne t'inquiète pas, il est simplement parti glaner des informations sur le Cercueil noir. Nous n'avons aucune idée de ce qui se cache derrière ce nom lugubre, et si nous ne le découvrons pas rapidement, nous ne saurons pas par où commencer nos recherches quand son tour viendra.
Quant à moi, j'ai mené mes propres investigations au sujet de celui qui contrôlait les agissements des Corniauds moqueurs, le fameux tourmenteur. M'est avis que derrière ce surnom sinistre se cache la personne qui tire les ficelles de toute cette affaire depuis le début...
<Joueur>, as-tu déjà entendu parler des Bourreaux ? Lorsque j'entends le mot “tourmenteur”, je ne peux m'empêcher de penser immédiatement à eux. À l'un d'entre eux, même...
Les Bourreaux sont actuellement la bande de pirates la plus influente de Limsa Lominsa. J'oserais même dire qu'ils font quasiment jeu égal avec l'Amirale elle-même.
D'ailleurs, lorsque cette dernière avait promulgué son décret d'interdiction, ils avaient pris la mouche comme tous les autres pirates, mais peu de temps avant le Fléau, leur haine commune de l'Empire les a réconciliés. Cette nouvelle alliance a été scellée par la signature de l'Accord Galadion.
Malheureusement, il semble que les choses se soient gâtées ces derniers temps... Depuis que leur chef Hyllfyr a disparu on ne sait où, les Bourreaux connaissent des querelles intestines de grande ampleur.
Le bras droit d'Hyllfyr et les capitaines les plus renommés ont formé une faction dans le but de prendre le pouvoir en douce. La guerre des clans fait rage, et chacun a une idée bien définie de ce que les Bourreaux devraient être aux yeux du monde.
Au sein de cette faction, certains ont formé un groupuscule portant le nom de Progressistes, en réalité de simples extrémistes, qui estiment que les Bourreaux devraient couper tous leurs liens avec l'Amirale. C'est avec ces gens-là que les Corniauds moqueurs avaient formé une alliance.
V'kebbe : Les Larmes d'argent et le Cercueil noir se trouvent certainement en la possession de ces Progressistes. Ce qui veut dire que nous allons être obligés de frrricoter avec la tribu la plus dangereuse qui sévit au sein des Bourreaux...
Jacke, je... je ne sais plus si c'est vraiment une bonne idée de nous mêler à tout ça. Sommes-nous réellement obligés de rrrisquer nos vies, simplement pour prouver à Milala que nous valons mieux qu'elle ?
Que nous le voulions ou non, les Bourreaux restent un groupe très influent dans toute la Cité... Ils ont peut-être des problèmes avec Merlwyb en ce moment, mais qu'arrivera-t-il s'ils nous prennent en grrrippe aussi à cause de nos agissements ?
Jacke : Le problème, V'kebbe, c'est qu'ils ont enfreint le code d'honneur en dérobant des biens à leur compatriotes limséens.
Nous avons déjà réussi à remettre les Corniauds moqueurs entre les mains de la justice, mais nous ne pouvons pas en rester là, sinon nous ne serions plus dignes de nous-mêmes. Tous les coupables du vol des trois trésors doivent être punis, sans exception aucune.
V'kebbe : Jacke, tu es têtu comme un mulet !
Jacke : Je suis surtout persuadé que c'est le meilleur moment pour agir. Tant que les différentes factions au sein des Bourreaux se disputeront le trône, ils auront la tête ailleurs et avec un peu de chance, ils ne remarqueront même pas que nous cherchons à fourrer notre nez dans les affaires des Progressistes. Plus ces derniers seront isolés, plus nous aurons de chances d'arriver à nos fins.
Bon, trêve de bavardages et au boulot ! <Joueur>, tu vas d'abord reprendre contact avec le marchand que tu as déjà rencontré à la Grange aux colons. Il peut certainement nous apprendre des choses au sujet des Progressistes.
Ce matin, le Voile de Llymlaen a été bercé par le vent du sud... Notre gus devrait donc se trouver cette fois à la Cabane de planches, dans la Basse-Noscea. Prends cet argent, il te servira à régler ses honoraires.
La Cabane de planches est un repaire de Kobolds. Notre ami marchand en a profité pour passer un accord avec eux afin d'obtenir une partie des minerais extraits à cet endroit. Mais ne va pas t'imaginer pour autant qu'ils t'accueilleront à bras ouverts, même si tu prétends connaître leur partenaire.

Marchand mystérieux : Ravi de vous revoir, Messire le voleur ! Veuillez me pardonner pour votre peine chaque fois que vous venez à ma rencontre, mais on n'est jamais trop prudent, vous savez... J'ai moult informations pour vous, en échange d'une rétribution convenable, cela va de soi...
Ho ho ho ho ! Les voleurs sont toujours aussi généreux, à ce que je vois. En contrepartie, laissez-moi vous dire tout ce que vous avez besoin de savoir au sujet des deux trésors qui vous manquent.
Figurez-vous que ces messieurs des Progressistes ont l'intention de vendre l'un d'entre eux au plus offrant. Il s'agit de ces sublimes boucles d'oreilles que l'on appelle les Larmes d'argent.
Aux dernières nouvelles, une richissime commerçante d'Ul'dah a jeté son dévolu sur elles. Il semblerait qu'elle soit prête à tout pour en devenir la propriétaire. En cas d'accord des deux parties, la transaction devrait avoir lieu à Costa del Sol.
Je suppose que ce serait l'occasion parfaite pour vous en emparer... Néanmoins, je vous conseille de hâter vos préparatifs, car vous n'êtes pas le premier à me demander des détails à ce sujet. L'homme qui se tient devant la cabane semblait très intrigué par cette affaire, lui aussi...
Son accoutrement porte à croire le contraire, mais mon flair me dit qu'il fait partie d'une organisation tout à fait officielle. J'ignore comment il a appris mon existence, mais tout indique qu'il a été envoyé ici par sa supérieure. Une certaine capitaine, si vous voyez de qui je veux parler...
Ha ha ha ha ! Il n'a vraiment pas froid aux yeux, croyez-moi ! Mais ce genre de témérité amène souvent à commettre une imprudence fatale... Tel est pris qui croyait prendre, comme on dit...

Jacke : Te voilà enfin de retour ! J'espère que tu nous apportes de bonnes nouvelles.... Quoi !? Les Progressistes ont l'intention de vendre les Larmes d'argent à une riche Uldienne ?
Hmm... Quand on y réfléchit, c'est tout à fait logique. C'est l'occasion pour eux de se rapprocher d'une étrangère influente et fortunée, ce qui ne pourra que leur être profitable dans leur lutte de pouvoir contre l'amirale Bloefhiswyn.
... Un envoyé des casaques jaunes était sur place en même temps que toi !? Zut, on dirait que mademoiselle sainte nitouche nous a devancés... Je me demande comment elle a fait pour suivre la même piste que nous, mais nous n'avons plus le temps de nous soucier de ce genre de détail.
Nous devons partir immédiatement pour Costa del Sol et trouver l'endroit où la transaction aura lieu! Les Larmes d'argent ne doivent pas nous échapper !
V'kebbe : ... Je m'en occupe, Jacke. Toi et <joueur>, vous feriez mieux de rester ici.
Jacke : V'kebbe ? V'kebbe !! Où est-ce que tu crois aller toute seule comme ça ? C'est beaucoup trop dangereux, par les Douze! Samael, rattrape-la tout de suite !

V'kebbe : <Joueur> ? Mais je t'ai dit que... Oh, tant pis. Merrrci de vous être inquiétés pour moi, toi et Jacke. Je n'aurais probablement pas dû partir aussi précipitamment.
Jacke pense que nous ne devrions pas avoir peur des Progressistes, mais je n'arrive vraiment pas à me faire à cette idée. Pour moi, rien ne vaut une bonne petite séance d'infiltration pour mettre les Larrrmes d'argent dans notre poche...
Tu me comprends, n'est-ce pas ? Tant que les Progressistes ne seront pas au courant de notre implication dans cette affairrre, ils ne pourront rien faire contre nous. Évidemment, cette solution nous empêche aussi de les punir pour avoir violé le code d'honneur, mais...
Tu sais, ce qui compte le plus pour moi, ce n'est pas notre rôle de justiciers, mais de protéger mes camarades, rien d'autre. Ils m'ont ramassée à la petite cuillère lorsque j'ai été chassée de mon clan de pirates et m'ont redonné une raison de vivre. Il est horrrs de question que je les laisse se jeter dans la gueule du loup sans rien faire !
... Attends, j'entends des voix... On dirait que la négociation pour la vente des Larmes d'argent ne va pas tarrrder à commencer. Dis-moi quand tu seras prêt, d'accord ?

V'kebbe : Ça y est, tu es prêt à passer à l'action ? Laisse-moi d'abord t'expliquer les détails de l'affaire. Figure-toi que la richissime Uldienne qui convoite les Larmes d'argent n'est autre qu'une vieille connaissance du seigneur Gegeruju, le propriétairrre de Costa del Sol.
Étant donné que Gegeruju est parti festoyer quelque part en compagnie de ses merrrcenaires et de ses danseuses, il a accepté de louer les lieux à sa vieille amie pour qu'elle puisse y organiser sa rencontre avec les Progressistes.
La transaction va se tenir à huis clos, ce qui en fait l'occasion rêvée pour nous de leur subtiliser le trésorrr. C'est peut-être notre seule chance, alors je compte sur toi pour faire de ton mieux. On y va ?
On dirait que tout le monde est là... Il me semble reconnaître la marchande ainsi que le représentant des Prrrogressistes sur la place au sud-est. Les Larmes d'argent sont donc forcément quelque part auprès d'eux.
Mais c'est bizarre, quand même... Gegeruju était censé avoir quitté les lieux avec ses garrrdes du corps, mais j'ai l'impression qu'il en a laissé quelques-uns derrière lui...
Hmm, c'est la première fois que je vois des mercenaires dans un accoutrement pareil. On dirait même qu'il y a un pantin avec eux... Ça doit être l'escorrrte de la riche Uldienne, je ne vois pas d'autre possibilité.
Bon, je ne te cache pas que cette opération risque d'être plus compliquée que prévu... Nous allons devoir redoubler de prudence si nous voulons nous emparrrer des Larmes d'argent sans être découverts.
??? : Dis-moi, V'kebbe, tu ne crois pas qu'il vaudrait mieux se débarrasser des gardes avant de tenter quoi que ce soit ? Je ne sais pas si tu as remarqué, mais l'endroit de la transaction se trouve au bout d'une impasse. Si jamais vous vous faites repérer dans un lieu aussi étroit, vous n'aurez nulle part où fuir et je ne donne pas cher de votre peau.
V'kebbe : Jacke !! Mais qu'est-ce que tu fais ici ? Je...
Jacke : Tu auras tout le temps de t'excuser plus tard, ne t'inquiète pas. Je préférerais que tu réfléchisses un peu plus aux conséquences de tes actes à l'avenir.
Que deviendrait la guilde des surineurs s'il t'arrivait quelque chose, hein ? Tu penses vraiment que je pourrais m'occuper des Progressistes tout seul ?
Je te rappelle que nous formons tous une équipe. Nous sommes unis par le devoir sacré des surineurs de faire respecter le code d'honneur, et nos techniques bien employées sont parmi les plus efficaces au monde !
Tu dois avoir confiance en tes lames, V'kebbe ! Je sais bien que tu es la reine de l'infiltration, mais il faut parfois montrer les dents pour obtenir la victoire plus facilement.
V'kebbe : ... Je te reconnais bien là, Jacke. Tu es aussi combatif qu'au premier jourrr, et c'est la raison pour laquelle tu es devenu notre chef. Dorénavant, je tenterai des approches plus variées, promis ! Et plus aucun ennemi ne me résistera !
Jacke : Voilà ce que je voulais entendre ! À présent, l'heure est venue de récupérer les Larmes d'argent. V'kebbe, tu vas te positionner près de l'embarcadère. Si jamais ces gredins essaient de s'enfuir en plein combat, tu pourras ainsi leur barrer la route.
Quant à nous deux, <joueur>, nous allons prendre d'assaut la place chacun de notre côté, et éliminer tous les mercenaires qui se trouveront en travers de notre chemin.
Sois très prudent toutefois, car nous ne nous sommes encore jamais mesurés à un pantin. Restons aussi discrets que possible pour garder l'avantage tout au long du combat.
Je te conseille de te rapprocher de nos ennemis à l'aide de Dissimulation, et une fois que tu seras suffisamment près, utilise Attaque furtive. Ils n'y verront dans un premier temps que du feu, et trente-six chandelles juste après !
Lorsque tu te seras débarrassé d'un groupe de mercenaires, n'oublie pas de te dissimuler à nouveau avant de lancer l'assaut sur le suivant, et tout devrait se passer pour le mieux.
Pas d'objection ? Parfait ! Dans ce cas, passe par devant pendant que je les prends à revers. Cette mission doit être terminée avant l'arrivée de la sainte nitouche et de ses casaques jaunes, alors au boulot !

Comptable des Progressistes : D-d-des surineurs !? Qu'est-ce que vous faites ici, bande de voleurs ?
C'est comme ça qu'on vous appelait autrefois, n'est-ce pas ? Je vous signale que vous venez d'interrompre une négociation privée de la plus haute importance ! Si vous ne fichez pas le camp tout de suite, les Bourreaux vous le feront payer très cher !
Jacke : Bah ! Tu crois vraiment nous faire peur avec tes menaces, Monsieur le Progressiste ? Malheureusement pour toi, nous ne partirons pas d'ici avant d'avoir récupéré ce que nous sommes venus chercher.
Et tu sais très bien de quoi je veux parler ! Vous avez soudoyé les Corniauds moqueurs pour vous emparer des Larmes d'argent, et avez par là même enfreint les règles du code d'honneur. Allez, donnez-les-nous tout de suite et nous ne vous ferons aucun mal.
... Dites-moi un peu, vous... Les boucles d'oreilles que vous portez, ce ne seraient pas les fameuses Larmes d'argent, par hasard ? Désolé de vous décevoir, mais je crois bien que nous allons devoir vous les confisquer...
Comptable des Progressistes : Attendez deux secondes ! Vous savez à qui vous parlez, là ? Cette dame fait partie des marchands les plus fortunés de la Firme du commerce de l'Aldenard oriental !
Les Bourreaux ne vous font peut-être pas peur, mais soyez sûrs que si vous touchez à un seul de ses cheveux, vous provoquerez un incident diplomatique international ! Laissez-moi vous dire que l'amirale Bloefhiswyn risque fort de ne pas apprécier la nouvelle !
Marchande riche : Absolument, espèce de gueux ! Si jamais vous osez lever la main sur moi, je vous traînerai en justice, vous dépouillerai du peu de fortune que vous avez et vous n'aurez plus que vos yeux pour pleurer !
Dois-je vous apprendre que les Larmes d'argent avaient autrefois été offertes à la sultane Nanasha Ul Nasha par un preux paladin de nos contrées qui avait bravé mille dangers pour pouvoir les lui apporter ? Il a même réussi à vaincre un monstre dix fois plus grand que lui ! Ces joyaux sont la propriété d'Ul'dah, et vos histoires de code d'honneur de pirates bouseux ne me concernent pas le moins du monde !
Une fois rentrée à la Cité du désert, je m'occuperai de la mettre aux ench... de la mettre dans la collection personnelle de la sultane Nanamo où elle la conservera précieusement comme toutes les autres reliques ayant appartenu à ses ancêtres ! Pour faire court, laissez-nous tranquilles immédiatement ou vous le regretterez !
Jacke : Eh bien, vous au moins, vous n'avez pas la langue dans votre poche... Mais vous allez devoir trouver mieux comme excuse pour échapper à la justice des surineurs !
??? : Je dois dire que votre petit numéro était loin d'être convaincant, Madame la marchande. Continuez comme ça et nous finirons par croire que ces boucles d'oreilles ne valent pas un clou en réalité !
Milala : Permettez-moi de vous rappeler que les casaques jaunes ont la charge de rapporter les Larmes d'argent à Ul'dah. Ce devoir est la conséquence immédiate de la vente aux enchères remportée par notre gouvernement.
Jacke : Mademoiselle sainte nitouche ! Vous arrivez toujours au moment opportun, à ce que je vois... Mais nous étions là avant vous, une fois encore !
Milala : Les gens distingués savent se faire désirer, Monsieur le pirate. Et puis, je ne pouvais pas manquer l'occasion de faire la connaissance d'une marchande uldienne aussi renommée.
L'amirale Bloefhiswyn m'a personnellement remis un mandat me donnant tous les pouvoirs pour régler cette affaire. Je vous demanderai donc de bien vouloir coopérer si vous ne voulez pas d'ennuis.
Costa del Sol est peut-être une propriété privée, mais le territoire sur lequel elle se trouve est sous la juridiction de Limsa Lominsa. D'autre part, j'ose espérer que vous n'avez pas l'intention de vous attirer les foudres du seigneur Gegeruju, n'est-ce pas ?
Quant à vous, surineurs de malheur, les casaques jaunes vont se charger de vous raccompagner. Les Larmes d'argent sont pour moi, hi hi hi !

Jacke : Et merde ! J'ai du mal à l'admettre mais je crois bien que Milala a été plus maligne que nous, cette fois...
V'kebbe : Je vais essayer de rejoindre Perimu Haurimu le plus vite possible pour voir où il en est. N'oublions pas qu'il reste encore un trésor aux mains des Bourreaux, après tout... Tout n'est pas perdu, alors haut les cœurrrs !
Jacke : ... Mouais, tu dois avoir raison. Bon courage, V'kebbe.
Milala : Tiens, comme on se retrouve ! Ça va peut-être vous étonner mais je vous cherchais, hé hé hé...
Nous sommes arrivés à un compromis avec la marchande d'Ul'dah et elle a consenti à nous octroyer officiellement la garde des Larmes d'argent. Le comptable des Progressistes s'est porté volontaire pour en être le témoin.
Jacke : Ha ha ! Eh bien bravo, je vois que les casaques jaunes se dévergondent ! S'allier à un pirate de la pire espèce comme ce zouave de Progressiste, c'est du propre !
Si on ajoute à ça le fait que vous avez obtenu vos informations de la part d'un commerçant du marché noir, tout comme les surineurs que vous détestez tant, j'ai bien l'impression que votre sens élevé de la morale se détériore, Mademoiselle sainte nitouche !
Milala : Je ne suis pas stupide au point de faire une croix sur des méthodes qui me permettront de vous faire fermer votre clapet, fussent-elles aux frontières de la légalité ! Mais vous perdez votre temps, car le marché noir n'a rien à voir avec les pirates, je vous signale.
Je n'ai pas vraiment beaucoup d'estime pour le premier, mais pour ce qui est des seconds, je souhaite leur disparition pure et simple, voilà tout ! La piraterie sera sous peu une relique de l'ancien temps, que ça vous plaise ou non.
Les casaques jaunes deviendront alors les uniques protecteurs de Limsa Lominsa, et la paix et l'harmonie régneront sur notre belle Cité ! Ainsi, je tiendrai la promesse faite à mes petites sœurs, lâchement assassinées par des pirates sans foi ni loi comme vous ! Je ne vous laisserai plus faire de mal aux gens, mettez-vous bien ça dans la tête !
Jacke : Vous êtes complètement à la ramasse, ma petite Milala. Je suis navré pour votre perte, mais les surineurs n'ont rien à voir dans cette histoire. Nous sommes simplement les garants du code d'honneur ancestral, j'espère que vous vous en rendrez compte un jour.
Malheureusement, je suis aussi obstiné que vous, et je ne vous laisserai pas détruire notre guilde simplement pour satisfaire vos lubies. Nous verrons bien qui des surineurs ou des casaques jaunes aura le dernier mot.
Mais je vous préviens, vous allez vous en mordre les doigts ! Il est encore temps de nous présenter vos excuses, et je vous conseille fortement de ne pas laisser passer cette dernière occasion ! Alors ?
Milala : QUOIIIIII !? Vous plaisantez, j'espère ! Jamais je ne me coucherai devant des pirates, c'est clair ? JAMAIS !!
Je trouverai le dernier trésor avant vous et votre guilde ira faire un tour dans les poubelles de l'histoire, voilà !
Jacke : Ha ha ha ha ha ! En tout cas, vous avez du caractère, on ne peut pas vous enlever ça ! Vous devriez porter les Larmes d'argent vous-même, tiens, ça vous donnerait un air de sultane qui ne vous déplairait probablement pas !
Mais je vous préviens, le Cercueil noir sera aux mains des surineurs avant que vous ayez le temps de dire ouf ! Nous irons le chercher jusqu'au sommet de la tour de Corail s'il le faut !
... Enfin, elle est partie. Je commençais à en avoir assez de ces enfantillages... Rentrons à notre quartier général, <joueur>.
Jacke : Pfff... Je suis vraiment déçu du dénouement de cette mission, mais sache que tu n'as rien à te reprocher, <joueur>. Tu as fait de l'excellent travail, comme toujours.
Le score est de un partout entre les surineurs et les casaques jaunes, donc... Ceux qui réussiront à mettre la main les premiers sur le Cercueil noir auront gagné la partie.
Je ne sais pas ce que comptent faire les Bourreaux à partir de maintenant, mais quoi qu'il en soit, nous allons devoir nous confronter à eux directement. Il faut croire en la victoire, <joueur> ! Moi, j'y crois !