Icone Mini momie.png Wiki zombi

Ce wiki n'est plus entretenu. Les informations qui y sont contenues sont pour la plupart obsolètes.

La lumière de l'Aube

De Le wiki Final Fantasy XIV Online - JeuxOnLine
Aller à : navigation, rechercher
Résumé ( Spoil ! )

Très inquiète, Minfilia vous a révélé qu'un ultimatum a été adressé aux dirigeants d'Éorzéa. Craignant qu'ils ne prennent une décision qui compromettra tous les habitants de ces nations, elle vous a demandé de l'aider à les raisonner avant qu'il ne soit trop tard. Accourez à la promenade royale et obtenez de Bartholomew qu'il vous laisse entrer dans la chambre de l'encens où se tient le conseil.

Grâce à votre intervention in extremis, les chefs d'État éorzéens ont choisi d'affronter l'Empire de Garlemald sans répit. Retournez au refuge des sables, et parlez à Minfilia.

Vous savez désormais ce que vous devez faire. Avec vos camarades des Héritiers de la Septième Aube à vos côtés, armez-vous de courage et préparez-vous à vous battre jusqu'à la mort pour le bien d'Éorzéa et de ses habitants.

Déroulement

  1. Parler à Bartholomew, à la promenade royale.
  2. Parler à Minfilia, au refuge des sables.

Dialogues

Dialogues ( Spoil ! )

Minfilia : Les nouvelles sont mauvaises, <joueur>. Il semble que les dirigeants d'Éorzéa ont eu mot de l'Ultima Arma... sous la forme d'un ultimatum de l'Empire. Ils sont réunis dans la chambre de l'encens et délibèrent sur la marche à suivre au moment même où je te parle.
Acculés comme ils le sont, je crains fort qu'ils n'optent pour la capitulation, y voyant la meilleure solution à cette crise. Et pourtant, il n'y a rien de plus éloigné de la vérité.
Il n'y a aucun espoir de salut sous le joug des Garlemaldais, et nos dirigeants doivent en être avertis. Dépêchons-nous, <joueur>. Nous devons nous assurer qu'ils ne prennent pas de décision sans en connaître les conséquences.

Bartholomew : Le conseil des dirigeants de l'Alliance est actuellement en cours dans la chambre de l'encens. Tu ne peux entrer, ne t'approche pas de ces portes, aventurier.
V-vous faites partie des Héritiers de la Septième Aube, dites-vous !? Je vous prie d'excuser ma grossièreté, mon seigneur ! Veuillez entrer, s'il vous plaît.
Raubahn : Nous sommes dans l'impasse.
Merlwyb : Cette lettre que nous a fait parvenir Gaius van Baelsar...
Kan-E-Senna : Et la conclusion que nous devons en tirer.
Raubahn : Devons-nous fléchir ou persister face à l'Empire, maintenant qu'ils se sont dotés d'une arme ultime ?
Kan-E-Senna : Cinq ans ont passé depuis le Fléau... Nos peuples commencent tout juste à se remettre et à retrouver leur sérénité.
Leur demander de retourner de nouveau au front en un moment pareil... Ce n'est pas une décision facile à prendre.
Surtout si, comme le dit Gaius, cette arme a le pouvoir de vaincre aisément trois Primordiaux. Ce serait envoyer les nôtres vers une mort certaine !
De plus, Gridania ne peut se permettre de se passer de l'Ordre des deux vipères... Qui sait quelle nouvelle crise peut nous frapper ?
Merlwyb : La menace que représentent les Primordiaux fait planer une ombre noire sur l'avenir d'Éorzéa. Cette bataille semble sans fin...
Et prolonger le combat indéfiniment n'est souhaitable pour aucune de nos armées.
D'après nos informations, la quatorzième légion de van Baelsar agirait de sa propre initiative, indépendamment de la volonté de l'Empire.
Sans aller jusqu'à nous soumettre, ne pourrions-nous pas trouver un terrain d'entente avec eux ?
Raubahn : Je vous trouve bien timorée pour une “Dame d'acier”. En résumé, Limsa Lominsa comme Gridania préfèrent privilégier leurs situations personnelles ?
Mais même à Ul'dah, nous sommes poussés dans nos derniers retranchements par plusieurs problèmes...
Les attaques amalj'aa, les vagues de réfugiés... et le Cartel, qui ne manquera pas de s'opposer à ces mesures. J'ai peur de ne pas pouvoir envoyer facilement les Immortels sur une campagne d'envergure.
Nous avons exalté nos peuples avec de beaux discours, mais le problème auquel nous sommes confrontés ne pourra pas être réglé avec des bonnes intentions.
Nanamo Ul Namo : Raubahn, nos trois nations sont dans la même situation. Il n'y a pas de quoi avoir honte !
Notre peuple est las de ces combats. Mais parfois, gouverner nécessite d'enjoliver un peu les choses, si l'on veut mener des citoyens découragés.
Si on veut nous faire croire que c'est là trahir notre peuple, nous, nous ne le pensons pas. Tu n'as rien à te reprocher.
Après tout, l'Empire est notre ennemi depuis toujours. Les Uldiens l'avaient simplement oublié, distraits par l'effort de reconstruction.
Kan-E-Senna : Alors que nous nous efforcions de retrouver une vie normale, l'Empire continuait de fomenter ses vils desseins...
Pour nous, victimes du Fléau, ces cinq dernières années ont passé comme le vent dans les feuilles d'un arbre. Mais Garlemald n'avait nullement renoncé à ses ambitions pendant tout ce temps.
Merlwyb : Nous avons perdu les Héritiers de la Septième Aube... et avec eux, la lueur d'espoir qui nous animait.
Ils n'étaient pas seulement le fer de lance de la bataille contre les Primordiaux... ils étaient aussi l'incarnation de l'esprit combatif d'Éorzéa !
Alphinaud : Ne nous enterrez pas si vite !
Merlwyb : Quoi !? Minfilia, Alphinaud... Cid !?
Kan-E-Senna : Et vous! Vous étiez tous sains et saufs !
Raubahn : Vous avez survécu !
Alphinaud : Ce ton défaitiste n'est pas digne des trois dirigeants de l'Alliance ! Où sont passés la fierté, l'honneur et la bravoure qui animent les Éorzéens ?
Minfilia : Écoutez-moi ! Chercher à combattre les Primordiaux en se servant uniquement de force pure, c'est une erreur.
Tout ça ne fait qu'engendrer une surenchère dans la quête de puissance de ceux qui cherchent à nous nuire ! Qui sait quelle nouvelle divinité plus redoutable encore nous devrons affronter à l'avenir ?
Les Primordiaux naissent des prières de tribus tourmentées par le chaos et le désespoir.
Si le monde ne retrouve pas un semblant de justice et d'équilibre, alors les Primordiaux seront sans cesse de nouveau appelés par ces peuples !
Alphinaud : Et puis, nous devons absolument éviter de négocier avec l'Empire. Leur permettre de dominer Éorzéa ne fera que nous conduire vers une ère de souffrance et d'obscurité.
Minfilia : Nous devons trouver un moyen de régler cette crise autrement que par la force.
Alphinaud : C'est pour la paix d'Éorzéa et la liberté que vous vous êtes tous battus il y a cinq ans ! Ce n'est pas encore le moment de baisser les bras !
Éorzéa n'a pas dit son dernier mot ! Pas question de nous laisser abattre !
Minfilia : Nous allons rallumer la lumière de l'espoir... la lumière des Héritiers de la Septième Aube !
Si nous unissons nos forces, nous arriverons à sauver Éorzéa !
Cid : Acceptez notre proposition. Après tout, un véritable commerçant préfère investir pour l'avenir. Pas vrai, vieux gorille ?
Raubahn : Cid...
Kan-E-Senna : Vos paroles m'ont convaincue. J'ai honte de ma sottise et de ma faiblesse... je devrais me remémorer l'enseignement de la Déesse de la terre, Nophica.
Tout ce que l'on récolte est le fruit du semis de nos ancêtres, de leur sang et de leur sueur... Nous ne devons jamais voir comme acquis le fruit de leur travail ou les dons de la Sylve. Et nous battre pour que perdurent ces présents dont nous bénéficions.
Le peuple gridanien est fier !
Nous, Gridaniens, nous sommes toujours défendus contre l'envahisseur sans jamais reculer d'un pas. Et jamais nous ne renoncerons !
L'Ordre des deux vipères va se battre, et chasser l'Empire de cette terre aimée des Dieux, qui est la nôtre !
Nanamo Ul Namo : Hé hé hé... Ha ha ha ha ha !
Voilà des paroles qui nous ravissent, Kan-E-Senna !
Merlwyb : Ha ha ha.
Raubahn : Ha ha ha !!
Nanamo Ul Namo : Parfait ! Voilà la motivation dont nous avions besoin !
Raubahn ! Nous comptons sur toi ! Ul'dah doit elle aussi se montrer à la hauteur du défi que nous relevons !
Je crois bien que j'avais oublié quel effet ça fait, de perdre sa patrie. J'ai perdu Ala Mhigo, mais plus jamais je ne vivrai ça. Je défendrai Ul'dah coûte que coûte !
Qui peut prétendre défendre sa patrie sans se battre pour elle ? C'est dans les temps de crise qu'on rencontre parfois la meilleure opportunité de frapper fort, militairement comme commercialement.
Ul'dah a beau avoir été fondée sur du sable, elle a su croître et fleurir, en résistant à l'adversité. C'est à sa volonté qu'elle doit sa gloire et sa prospérité !
Heureusement, nos alliés ont toujours été là pour nous montrer la voie lorsque nous en avions besoin.
Raubahn : Décidément, les dirigeants des grandes compagnies nous réservent encore bien des surprises.
Que dire des troupes du Maelstrom, composées de pirates et de gredins qui nous ont rejoints au gré du vent ?
Ils sont peut-être sans foi ni loi pour certains, mais n'ont jamais peur de dégainer quand il le faut. Les gêneurs finissent toujours par rejoindre nos rangs... ou couler au fond des mers !
Au nom des Limséens, peuple fier comme le vent et indomptable comme la houle, nous allons leur montrer que nul ne saurait faire chavirer notre Cité, notre navire !
Nanamo Ul Namo : Voilà qui est bien parlé. Nous allons défendre Éorzéa jusqu'au bout !
Tous : En avant !
Nanamo Ul Namo : Héritiers de la Septième Aube, vous méritez notre gratitude.
Nous allons à présent prendre en charge l'aspect militaire des opérations. Retournez au refuge des sables et attendez les ordres.

Minfilia : Éorzéa semble prête à retrouver sa force et son unité. Me voilà rassurée.
Cid : On va leur prouver qu'on ne se laissera pas faire si facilement !
Alphinaud : Je commence à comprendre ce que mon grand-père a ressenti lorsqu'il a fait vœu de se battre jusqu'au bout pour défendre notre monde.
Mais dis-moi... Est-ce que nous devons tout ceci à ton pouvoir, Minfilia ?
Minfilia : Oh ! Non. Disons qu'une lumière qui éclaire peut rallumer bien des flammes. Je veux parler de la lueur de la Septième Aube qui se lève, bien sûr...
Ah, ça tombe bien! Nous venons juste de rentrer. Je t'ouvre.
C'est bon, c'est pour moi.
Alphinaud : Nous devons préparer notre prochaine opération, avec la coopération discrète des grandes compagnies éorzéennes. Cid, pouvez-vous vous charger de contacter les Immortels ?
Cid : Compte sur moi. Je suis plus motivé que jamais !
Minfilia : Je vous dois quelques explications. Ça fait un moment que nous étudions ceux que l'on appelle dans les textes anciens “messagers divins” - autrement dit les Asciens.
Ce sont des êtres sans forme corporelle, ce qui ne les empêche pas de semer le trouble et d'attiser la haine partout où ils passent. Ils semblent œuvrer dans les coulisses de l'Histoire depuis des temps reculés.
Ils se nourrissent de l'énergie des cristaux des ténèbres, s'immisçant dans le corps de ceux qui en détiennent des fragments, pour en faire leurs hôtes.
Mais j'en viens au fait : je pense que l'on peut encore sauver Thancred.
Alphinaud : C'est donc ça, un cristal des ténèbres...
Y'shtola : Il s'agit d'une réplique mise au point avec des fragments de cristaux trouvés un peu partout en Éorzéa.
Minfilia : Les Élèves de Baldesion viennent tout juste de me le faire parvenir. Ce groupe nous soutient à distance.
J'avais demandé à Thancred d'enquêter sur les Asciens.
C'est l'un des Preux les plus compétents, c'est pourquoi je n'ai pas réalisé que je lui faisais courir un danger. Si seulement j'avais été plus prudente...
Papalymo : Depuis la mort de Louisoix, il cherchait à se rendre plus utile dans le groupe.
Yda : C'est vrai, il essayait de s'affirmer, d'en faire plus pour les autres.
Alphinaud : Ça l'aura peut-être poussé à prendre des risques... Et un Ascien a pu en profiter pour le posséder.
Minfilia : Si on détruit le cristal de Thancred, alors l'emprise de Lahabrea sur lui sera certainement rompue. Et je suis sûre qu'il sera sauvé.
Mais pour ça, j'ai encore une fois besoin de toi.
Je t'en supplie, aide-nous une dernière fois. Pour Thancred, et pour la paix d'Éorzéa.
Merci... Je savais que je pouvais compter sur toi.
Il y a cinq ans, Éorzéa était au bord du gouffre... Seule l'intervention des “Guerriers de la Lumière” lui a valu son salut.
Tu t'es tant distingué à nos côtés, en affrontant les Primordiaux et en parcourant le monde, que certains vont jusqu'à prétendre que tu fais partie des Guerriers de naguère.
Et comme tu t'en doutes, le pouvoir de l'Écho me permet d'en avoir le cœur net... mais peu importe.
Si je te confie cette mission, c'est parce que tu fais partie de nos meilleurs éléments... et tu es sans doute parmi les plus remarquables aventuriers d'Éorzéa.
Les héros du passé disparaissent dans la mémoire collective.
Mais je pense que tu es plus qu'un simple héros. Tu fais partie des Guerriers de la Lumière, guidés par le Cristal-mère. J'en suis même convaincue...
Il est temps de partir à présent. Nous devons sauver notre monde.... sauver Éorzéa, cette terre bénie des Dieux !