Icone Mini momie.png Wiki zombi

Ce wiki n'est plus entretenu. Les informations qui y sont contenues sont pour la plupart obsolètes.

Démonstration de force

De Le wiki Final Fantasy XIV Online - JeuxOnLine
Aller à : navigation, rechercher
Résumé ( Spoil ! )

Depuis votre départ pour Sombrelinceul, les enfants de Doma harcèlent Tataru de questions à votre sujet. Puisqu'aucun Primordial ne menace Éorzéa actuellement, pourquoi ne leur consacreriez-vous pas quelques minutes de votre temps ? Yozan semble particulièrement impatient de vous parler.

Yozan vous a annoncé qu'il avait formé la "guilde des aventuriers de Doma" avec ses camarades, et il voudrait que vous leur enseigniez vos techniques pour tuer les Primordiaux. Hoary Boulder pense toutefois que les enfants ne sont pas encore prêts pour partir à la chasse avec vous (et encore moins à affronter des Primordiaux). Constatant leur déception, il leur a proposé d'assister à une démonstration de combat entre vous et lui. Dirigez-vous vers l'est du Glas des revenants et parlez à Hoary Boulder.

Vous avez vaincu Hoary Boulder. Les spectateurs, fascinés par votre talent, ont longuement applaudi votre victoire. Quelques instants après le combat, Alphinaud vous a approché et vous a demandé de le suivre pour discuter de l'avenir d'Éorzéa. Allez au refuge des roches et parlez au jeune Élézen.

Vous avez parlé à Alphinaud. Ce dernier propose de former une nouvelle organisation qui ouvrira la voie à une Éorzéa unie. Voilà qui semble prometteur.

Déroulement

  1. Parler à Yozan.
  2. Parler à Hoary Boulder, à l'est du Glas des revenants.
    • Un combat d'instance commence.
    • Vous devez affronter Hoary Boulder et Coultenet.
  3. Parler à Alphinaud, au refuge des roches.

Dialogues

Dialogues ( Spoil ! )

Tataru : Les enfants de Doma me harcèlent de questions depuis votre départ pour Gridania. Ils veulent tout savoir sur vous. Et quand je dis tout, c'est TOUT !
Si vous avez quelques minutes à perdre, pourquoi ne leur raconteriez-vous pas quelques-unes de vos aventures ? Je suis sûre qu'ils seront aux anges... (chuchote) et moi j'aurai enfin la paix !

Yozan : Eh, regardez ! C'est m'sieur <joueur> ! Il est rentré de ses aventures !
Je dois admettre que vous avez beaucoup progressé ces derniers jours, mais j'ai bien peur que les créatures qui rôdent dans le Mor Dhona soient un poil trop dangereuses pour vous.
En tout cas, vous allez avoir de la concurrence maintenant ! Mes amis et moi, on a formé la guilde des aventuriers de Doma ! On va devenir des héros, comme vous, et on protégera nos compagnons !
Oh ! Je viens d'avoir une idée géniale ! Pourquoi on s'entraînerait pas ensemble, aujourd'hui !? Vous pourriez nous apprendre vos techniques pour tuer les Primordiaux !
??? : C'est quoi, tout ce tapage ?
Yozan : M'sieur Boulder et M'sieur Coultenet ! Vous saviez que m'sieur <joueur> était rentré de mission !?
Hoary Boulder : Bien sûr ! Heureux de vous revoir, <joueur>... ou plutôt devrais-je dire “enchanté”. Tout s'est enchaîné à une telle vitesse que mon compagnon et moi n'avons pas eu l'occasion de vous saluer comme il se doit.
Je m'appelle Hoary Boulder, et lui c'est Coultenet. Nous avons rejoint les Héritiers il y a peu et nous essayons de nous rendre utiles autant que nous le pouvons. En ce moment, nous apprenons les rudiments du combat aux enfants de Doma.
Yozan : Hé ! On est plus des enfants, on est des aventuriers !
D'ailleurs, je demandais justement à m'sieur <joueur> s'il voulait pas nous entraîner aujourd'hui. Je pense qu'on est suffisamment forts pour aller chasser des monstres avec lui maintenant.
Hoary Boulder : Je dois admettre que vous avez beaucoup progressé ces derniers jours, mais j'ai bien peur que les créatures qui rôdent dans le Mor Dhona soient un poil trop dangereuses pour vous.
Hmmm... Que diriez-vous d'une démonstration de combat à la place ? <Joueur> et moi pourrions vous montrer comment des aventuriers chevronnés se battent.
Coultenet : Si je ne te connaissais pas mieux que ça, je dirais que tu cherches simplement à affronter <joueur> en duel...
Hoary Boulder : Hahaha ! Peu importe la méthode, c'est le résultat qui compte ! Je suis sûr que les enfants apprendront beaucoup en nous observant.
<Joueur>, me feriez-vous l'honneur d'être mon partenaire d'entraînement aujourd'hui ?
Yozan : Hourra ! Ça va être trooop bien ! J'ai hâte de voir qui de m'sieur Boulder ou de m'sieur <joueur> va remporter ce duel. Venez, les amis. Il faut qu'on se prépare !
Coultenet : Essaie de ne pas trop les décevoir...
Hoary Boulder : T'inquiète, Coultenet, j'ai pas l'intention de perdre ! Je vais tout donner !
Je vous propose de nous retrouver dans quelques minutes à l'est du hameau. Il me tarde de croiser le fer avec vous, <joueur>.

Hoary Boulder : Ah, vous voilà. J'en ai profité pour m'échauffer un peu en vous attendant. Je suis prêt, on commence quand vous voulez.
Diantre ! Ces gosses sont déchaînés... Ne les faisons pas attendre plus longtemps.
Coultenet : Dis, Hoary... Tu es sûr de vouloir l'affronter seul ? Je te rappelle que c'est le champion d'Éorzéa que tu as en face de toi.
Hoary Boulder : Je sais bien à qui j'ai affaire, et c'est justement ce qui rend la chose si excitante !
C'est grâce à <joueur> que j'ai décidé de rejoindre les Héritiers. Sans lui, je ne serais pas la moitié de l'homme que je suis aujourd'hui.
Coultenet : Comme tu veux... Garde juste à l'esprit que ce duel est avant tout une démonstration de combat pour les enfants. Si je vois que le match tourne trop rapidement en ta défaveur, je serai obligé d'intervenir pour te prêter main-forte.
??? : Salut les amis ! J'espère qu'on arrive pas trop tard !?
Hoary Boulder : Yda !? M-mais qui sont ces gens ?
Yda : Hé hé hé ! Dès que j'ai entendu parler de votre petite joute, j'ai proposé à tous mes amis d'y assister. Après tout, “plus on est de fous, plus on rit”, pas vrai ?
Thancred : Oui, et il y en a d'autres qui vont arriver. C'est incroyable, la simple évocation du nom de <joueur> suffit à faire scintiller les yeux des habitants du Glas des revenants... surtout ceux des demoiselles. Ma popularité est ridicule en comparaison.
Vous avez intérêt à gagner, <joueur>. Il en va de votre réputation de Guerrier de la Lumière !
Yozan : Notre professeur ne se laissera pas battre si facilement ! C'est le meilleur épéiste de la région !
Koharu : Courage ! Vous pouvez gagner, Monsieur Boulder !
Hoary Boulder : C'est ce qu'on va voir... En garde, <joueur> !

Hoary Boulder : (souffle) J-j'abandonne... Vous êtes trop fort pour moi... (souffle)
Yozan : Ouaah...
Vous avez vu ça !? M'sieur <joueur> a réussi à gagner à deux contre un ! C'est dément !
Habitant du Glas : L'issue du combat était courue d'avance. Personne ne peut battre le protecteur d'Éorzéa !
Aventurière aguerrie : Je comprends mieux pourquoi on vous envoie affronter les Primordiaux, à présent ! J'imagine à peine le nombre d'heures d'entraînement qu'il me faudrait pour arriver au même niveau, je suis même pas sûre qu'une vie suffirait !
Alphinaud : Ça faisait longtemps que je ne vous avais pas vu combattre, <joueur>. Je constate avec joie que vous n'avez rien perdu de votre superbe. Vos prouesses martiales me laissent toujours aussi pantois.
Et à en juger par les sourires qui illuminent les visages des spectateurs, je suis loin d'être le seul a avoir apprécié le spectacle. Sans vous et votre talent incroyable, ce pays serait certainement en ruines à l'heure qu'il est.
Cet homme vous a appelé le protecteur d'Éorzéa. C'est un titre qui vous va comme un gant, je trouve.
Vous vous souvenez de notre première rencontre ? C'était pendant la cérémonie commémorative de la bataille de Carteneau.
À l'époque, j'essayais encore d'appréhender tout ce que ce pays avait à offrir. Je cherchais à comprendre pourquoi mon grand-père s'était sacrifié pour le protéger.
... Pour être honnête avec vous, mes premières impressions n'étaient pas très positives. J'ai vu des problèmes en pagaille mais peu de personnes vraiment déterminées à les résoudre. J'en suis venu à penser que les Éorzéens étaient un peuple irréfléchi et irresponsable.
Vu l'état catastrophique du pays, je n'aurais pas été surpris que certains choisissent de prêter allégeance à Gaius et à l'ordre qu'il voulait instaurer, quitte à trahir leur patrie, simplement pour essayer de survivre.
Sans cette volonté de perpétuer l'héritage laissé par mon grand-père, j'aurais certainement abandonné Éorzéa à son sort depuis bien longtemps. Mais j'ai fait votre connaissance et tout a changé...
Vous l'ignorez probablement, mais c'est vous qui m'avez convaincu qu'Éorzéa pouvait être sauvée.
Vos innombrables actes de bravoure m'ont permis de comprendre ce que mon grand-père cherchait à préserver. À ma grande surprise, ce n'était ni la terre, ni son histoire, ni une nation... mais ses habitants eux-mêmes.
Malgré les terribles épreuves qu'ils traversent, les Éorzéens ne capitulent jamais. Ils se relèvent chaque fois qu'ils tombent et continuent de croire en des lendemains meilleurs.
Bien qu'il ne l'ait jamais évoqué clairement, je crois que son admiration pour ce courage exemplaire est devenu une sorte de vœu, un désir d'aider Éorzéa et ses habitants à construire un futur plus prospère.
Ce vœu est maintenant devenu le mien...
Je vais moi aussi endosser le rôle de protecteur d'Éorzéa, pour celles et ceux qui vivent dans ce pays aimé des Dieux.
Notre tâche est loin d'être simple : les problèmes qui nous assaillent sont si importants et nombreux qu'ils ne peuvent être résolus par les seuls Héritiers de la Septième Aube.
Non, si nous voulons lutter efficacement contre les Primordiaux et les Asciens, nous devons créer une nouvelle organisation indépendante et neutre. Et pour ce faire, je vais avoir besoin de votre aide.
Si vous le voulez bien, je vous propose de poursuivre cette conversation au refuge des roches. Cet endroit n'est pas propice à ce genre de discussion.

Alphinaud : Merci d'être venu, <joueur>. Le monde est à l'aube de grands changements... et la seule façon de combattre nos adversaires, c'est d'avoir une longueur d'avance sur eux.
Ce que je propose, c'est la formation d'une nouvelle organisation, un groupe qui ouvrira la voie à une véritable unification d'Éorzéa.