Icone Mini momie.png Wiki zombi

Ce wiki n'est plus entretenu. Les informations qui y sont contenues sont pour la plupart obsolètes.

Climat d'incertitudes

De Le wiki Final Fantasy XIV Online - JeuxOnLine
Aller à : navigation, rechercher
Résumé ( Spoil ! )

Alphinaud vous a remercié pour l'aide et le soutien que vous lui avez fournis tout au long de l'enquête. Le capitaine Ilberd et lui vont à présent procéder à l'interrogatoire préliminaire d'Eline Roaille. Retournez au refuge des roches et racontez à Minfilia ce qui vient de se passer.

Virus a été démasquée et les plans des Impériaux ont été déjoués, mais l'affaire Eline Roaille risque d'entacher sérieusement la crédibilité des Immortels et du général Aldynn. Pendant ce temps, les Héritiers de la Septième Aube ont peut-être trouvé un moyen d'exterminer définitivement l'âme des Asciens. Vos espoirs reposent dans un puissant artefact connu sous le nom d'auralithe blanche. Ce dispositif mis au point par Moenbryda pourrait vous permettre de recréer la “lame éthérée” qu'Hydaelyn vous a donnée lors de votre combat contre Lahabrea.

Déroulement

  • Parler à Minfilia, au refuge des roches.

Dialogues

Dialogues ( Spoil ! )

Alphinaud : Le capitaine Ilberd et moi allons procéder à l'interrogatoire préliminaire d'Eline Roaille et nous ferons ensuite un rapport au général Aldynn.
Je vous remercie pour l'aide et le soutien que vous nous avez apportés tout au long de cette enquête. Sans vous, nous n'aurions peut-être jamais réussi à la capturer. Les Braves du Cristal vous doivent une fière chandelle.
Si vous me le permettez, j'ai une dernière chose à vous demander. J'aimerais que vous alliez au refuge de roches et que vous racontiez à Minfilia tout ce qui s'est passé.
Je sais qu'elle avait du mal à croire aux accusations portées contre la Grande maréchale. Même si cela risque de lui faire un choc, elle voudra sans doute connaître le fin mot de l'histoire.

Minfilia : J'imagine que tu es venu me faire ton rapport. Comme tu t'en doutes, Alphinaud m'a déjà mise au parfum.
Je suis encore sous le choc. Je n'arrive pas à croire que la grande maréchale Roaille travaillait pour les Garlemaldais...
Eline nous a beaucoup aidés quand nous avons fondé les Héritiers. C'était une vaillante soldate qui rêvait d'endiguer la menace des Primordiaux.
Quand nous discutions du projet, je lisais une détermination farouche dans ses yeux. Je trouve regrettable qu'une femme aussi brave ait choisi de vendre son âme à l'ennemi...
Ahh... Je me laisse trop facilement emporter par mes émotions. Je dois me ressaisir.
J'ai une annonce importante à faire concernant les Asciens. Ne bouge pas, je vais demander aux autres de venir.
Tout le monde est là ? Bien, dans ce cas, je laisse la parole à notre amie Moenbryda.
Moenbryda : Aheum ! Je vais tâcher de m'exprimer dans un langage que tout le monde puisse comprendre.
Lorsque nous étions à Manteneige, nous avons testé la capacité de l'auralithe blanche à absorber de grandes quantités d'éther.
Si le résultat a été relativement concluant, elle a toutefois montré quelques problèmes de stabilité. En effet, la pierre ne peut stocker l'éther que pendant un court moment avant de l'expulser.
Urianger : En plus des limitations inhérentes à l'auralithe, nous devons aussi nous méfier de la force de notre ennemi.
Les Asciens tirent leur pouvoir d'une source d'énergie infinie. Même si nous réussissons à les piéger dans la pierre, nous ne pourrons pas contenir leur courroux bien longtemps.
Moenbryda : Oui. C'est pour cette raison que nous devrons agir rapidement après leur capture.
Urianger : Nous pensons qu'il est possible d'exterminer définitivement l'âme des Asciens en les frappant d'un éclat d'éther pur.
Moenbryda : Le seul problème, c'est que nous ignorons la densité de leur âme. Du coup, c'est difficile de savoir quelle concentration cette décharge éthérée doit avoir...
Urianger : Notre seul indice réside dans votre combat contre Lahabrea.
Minfilia : Durant cette rencontre, Hydaelyn t'a donné une arme qui avait la forme d'un rayon de lumière.
D'après la description que tu en as faite, nous pensons que “l'épée” qui t'a permis de vaincre ton ennemi était composée d'éther.
Certes, cette victoire a été éphémère puisque Lahabrea a pu utiliser un cristal des ténèbres pour s'enfuir dans la fissure interdimensionnelle.
N'en reste pas moins qu'Hydaelyn a placé le moyen de détruire les Asciens entre tes mains.
Cela dit, rien ne nous garantit qu'elle fera la même chose la prochaine fois.
Urianger : Parfaitement. Voilà pourquoi nous devons trouver le moyen de forger une lame éthérée aussi puissante que celle qu'Hydaelyn a eu la bienveillance de concéder à son champion.
Papalymo : C'est bien beau tout ça, mais il va falloir une quantité d'éther faramineuse pour produire une telle lame. Comment vous comptez vous y prendre, au juste ?
Yda : Et si on utilisait deux auralithes blanches ? Une pour piéger l'âme de l'Ascien et l'autre pour stocker l'éther de la lame !
Moenbryda : T'as déjà oublié ce que j'ai dit ? “La pierre ne peut stocker l'éther que pendant un court moment”. Qu'on en ait une ou dix, le problème est le même.
Thancred : Il faut qu'on trouve le moyen de produire une quantité d'éther suffisante pour créer la lame au moment opportun.
Y'shtola : Il va falloir réfléchir à une solution, et rapidement.
Moenbryda : Comme je suis sympa, je vais rester avec vous pour tester un peu plus l'auralithe.
D'ailleurs, j'apprécierais beaucoup qu'on me file un coup de main.
Urianger, c'est à toi que je m'adresse !
Urianger : J-je suis vraiment désolé, mais je dois retourner au refuge des sables.
Minfilia m'a confié la responsabilité des lieux, il serait inconvenant de les laisser sans surveillance.
Moenbryda : Raah ! Quel rabat-joie !
... Puisque c'est comme ça, j'irai avec toi !
Minfilia : Pendant que tu étais en déplacement, nous avons reçu des nouvelles de Sharlayan.
Tu te souviens certainement qu'un groupe de chercheurs a été dépêché pour enquêter sur l'incident de l'île de Val. Ce qu'ils ont découvert est troublant, pour ne pas dire effrayant.
Leur rapport stipule qu'il ne reste aucune trace de l'île, comme si elle n'avait jamais existé. C'est à croire qu'elle a été engloutie dans le néant...
Urianger : Et j'ai bien peur que le mystère ne s'arrête pas là.
Plusieurs érudits à travers le pays ont disparu au même moment que l'île.
Moenbryda : Plus étrange encore, toutes ces personnes travaillaient sous la direction du chef des élèves de Baldesion. Elles effectuaient des recherches sur un phénomène appelé “compression dimensionnelle”, ou la “Réunion” comme l'appelle les textes anciens. Il ne peut s'agir d'une coïncidence !
Minfilia : Il ne fait aucun doute que les Asciens sont derrière tout ça, mais je sens qu'une autre force, plus terrible encore, est à l'œuvre... Je me demande si ce ne serait pas lié à l'entité que ces êtres appellent le “dieu véritable”...
Nous devons prier pour que mon amie Krile reprenne connaissance bientôt. Si elle a assisté aux derniers moments de l'île de Val, peut-être qu'elle sera en mesure de faire la lumière sur ce mystère...

Raubahn Aldynn : Après le Fléau, les forces de la 14e légion se sont retranchées dans divers endroits stratégiques à travers Éorzéa.
Elles ont réagi si promptement que beaucoup ont soupçonné qu'elles avaient reçu de l'aide. Quand je pense que c'était Roaille... mon bras droit...
Ilberd : Il semblerait toutefois qu'elle ne répondait pas au loup noir mais à une autorité supérieure de Garlemald.
À priori, il ne s'agit pas de l'Empereur. En consentant au projet Météore, Solus zos Galvus a montré qu'il était plus préoccupé par le problème des Primordiaux que par l'annexion d'Éorzéa. Ça ne l'aurait pas gêné de voir le pays réduit en cendres.
Nous pensons que des personnes de haut rang au sein de la famille royale étaient opposées à la décision du souverain. Et comme elles ne pouvaient pas afficher ouvertement leur mécontentement, elles ont organisé des opérations clandestines auxquelles Roaille participait.
Alphinaud : Malheureusement, ces dispositions n'ont pas empêché Dalamud de tomber du ciel, et le chaos qui a suivi a changé le visage du pays pour toujours... Malgré tout, Éorzéa a survécu.
Le projet Météore a échoué et l'Empire s'est retrouvé sans solution face au problème des Primordiaux... jusqu'à ce que l'Ultima Arma soit déterrée.
Raubahn Aldynn : Mais pourquoi la 14e légion a-t-elle choisi de se retrancher derrière ses murs ? Gaius aurait aisément pu submerger nos armées, et ce bien avant de mettre la main sur cette satanée machine.
Alphinaud : En agissant ainsi, il aurait certainement encouragé les hommes-bêtes à invoquer leurs divinités, ce qui aurait eu pour conséquence de drainer l'éther des sols. Annexer Éorzéa n'aurait alors eu aucun sens.
Ilberd : Mais il y avait un homme à Garlemald qui croyait que les actions de van Baelsar étaient prématurées; un homme plus élevé dans la hiérarchie. Il a ordonné à la 14e légion de stopper son avancée, et a ainsi constaté que le loup noir agissait de son propre gré.
Il n'y a que deux personnes qui ont autorité sur une légion. Nous savons que l'empereur Solus zos Galvus était cloué au lit et donc incapable de tenir son rôle de meneur. Ce qui ne laisse qu'une seule possibilité...
Raubahn Aldynn : Un homme en désaccord avec la politique de l'ancien empereur et qui surclassait van Baelsar... Il ne pouvait s'agir que du grand général Varis yae Galvus, autrement dit le nouvel empereur de Garlemald !
C'est donc pour lui que travaillait Roaille...
Ilberd : Figure-toi que ce n'était pas son seul employeur. Nous avons appris qu'elle vendait aussi des secrets impériaux à une organisation éorzéenne.
En informant les deux camps, elle s'assurait la pérennité du conflit. Après tout, plus la guerre dure longtemps, plus les soldats ont besoin d'armes et d'équipements. Pas besoin d'être un génie pour deviner qui tirait profit de cette situation.
Raubahn Aldynn : Tu veux dire que c'était un agent double !?
Ilberd : Triple, puisque van Baelsar et le nouvel empereur avaient des intérêts distincts.
Alphinaud : Un des aspects de l'affaire reste flou pour moi.
Qui lui a ordonné de fournir des informations aux hérétiques ? J'ai beau réfléchir, je ne vois pas en quoi cela pourrait servir les intérêts des Impériaux ou des monétaristes.
Il va falloir que nous l'interrogions à ce sujet.
Raubahn Aldynn : Je risque d'avoir du mal à garder mon sang froid pendant l'interrogatoire... Eline était ma plus fidèle alliée.
Ilberd : Ce n'est pas une tâche agréable, je te l'accorde, mais elle est nécessaire. Nous devons couper la tête du serpent avant qu'un nouveau “virus” ne vienne contaminer nos rangs.
Raubahn Aldynn : Je le sais bien. Ses plus proches collaborateurs ont déjà tous été placés en détention. Je les questionnerai en même temps qu'elle.
Alphinaud : Général. Gardez à l'esprit qu'il peut y avoir des complices involontaires parmi eux.
Raubahn Aldynn : Tous seront traités avec la même rigueur, vous avez ma parole. Ceux qui sont innocents n'ont rien à craindre.
Alphinaud : J'espère de tout cœur que cette tâche désagréable ne vous prendra pas trop longtemps. L'incertitude est un poison pour l'âme.
Sur ces paroles, je vous salue.
Raubahn Aldynn : Pendant toutes ces années, j'ai été manipulé... Je n'étais qu'un pantin entre leurs mains...
Comment as-tu pu, Eline ? Comment as-tu pu t'allier avec eux ?
Ces vermines qui pillent cette terre sans rien donner en retour, qui utilisent leur pouvoir pour oppresser les autres, et qui s'enrichissent pendant que les gens meurent de faim !
Je sais que vous pouvez m'entendre, saletés de monétaristes ! Vos crimes ne resteront pas impunis !
Un jour, je purgerai cette Cité de toutes les âmes impures qui la souillent ! Je le jure devant les Douze !
Waaaaaaahhh !!!

Nanamo Ul Namo : Tu peux y aller. Nous n'aurons plus besoin de toi aujourd'hui.
Dame d'honneur de Nanamo : Votre Grâce.
Nanamo Ul Namo : Nos appartements ne resteront pas à l'abri des oreilles indiscrètes bien longtemps.
Kan-E-Senna : La situation est-elle à ce point préoccupante ?
Nanamo Ul Namo : Depuis qu'il a proposé de mettre en place le Projet Frontière, Teledji Adeledji jouit d'une popularité inégalée auprès des démunis.
Les monétaristes n'ont jamais été unis dans leur recherche du profit, mais les actions de cet homme ont créé une fracture au sein du groupe. Aujourd'hui, ils se battent comme des chiens enragés pour s'approprier l'os le plus gros.
Le temps n'est pourtant pas propice aux querelles intestines...
Merlwyb : Si ces dissensions sont une menace pour l'ordre public, pourquoi n'en profitez-vous pas pour dissoudre le Cartel ?
Nanamo Ul Namo : Ce n'est pas aussi simple, Amirale. Toute tentative de dissoudre le Cartel est certaine de susciter l'indignation parmi la classe des marchands influents.
Cela ne ferait qu'aggraver les troubles actuels et la paix s'éloignerait un peu plus encore...
Qu'ils soient riches ou pauvres, natifs d'Ul'dah ou réfugiés, tous ceux qui vivent ici ont le droit de poursuivre le bonheur.
Il est du devoir d'un souverain de protéger ce droit, et pour l'accomplir, nous nous devons d'avancer prudemment. Nous ne voulons surtout pas nous créer plus d'ennemis que maintenant.
Hmpf ! Si Lolorito était ici, il rirait sûrement de notre naïveté.
Kan-E-Senna : Un dirigeant se doit d'avoir une vision globale du pays qu'il façonne. Nous essayons de répondre à tous les besoins, mais certains sont inévitablement négligés. Par conséquent, il y a toujours des citoyens qui se sentent lésés.
Mais comme vous nous l'avez dit, les monétaristes ne pensent qu'à leurs intérêts. Leur soif de pouvoir affame les petites gens.
En l'absence d'une cause commune, je ne vois pas comment vous arriverez à unifier le pays...
Merlwyb : En l'absence d'une cause commune, je ne vois pas comment vous arriverez à unifier le pays...
Et l'affaire “Eline Roaille” risque de compliquer encore plus les choses.
Même en tenant compte de la dépendance historique d'Ul'dah envers les mercenaires, c'est la première fois qu'une crise d'une telle gravité touche le pays. Les monétaristes vont sans doute demander des comptes à Raubahn.
Kan-E-Senna : Ce n'est qu'une question de temps avant que les Garlemaldais envahissent à nouveau nos terres. Éorzéa ne peut pas se permettre de perdre les Immortels maintenant.
Notre seule chance de vaincre, c'est en nous unissant. Ne peut-on rien faire pour améliorer la situation à Ul'dah ?
Nanamo Ul Namo :
Kan-E-Senna : La véritable richesse d'Ul'dah se trouve dans la santé, le bonheur et l'espoir de ses citoyens. Hélas, ils ne connaîtront jamais ces choses tant que leurs vies seront régies par les ambitions de quelques-uns.
Les monétaristes prétendent représenter les intérêts du peuple, mais en vérité ils ne font que le manipuler pour arriver à leurs fins.
Pour que le gouvernement soit au service des citoyens, il doit être élu par eux.
Autrement dit, ce n'est pas le Cartel qu'il faut dissoudre pour aller de l'avant, mais le système actuel.
Merlwyb : Non... Vous n'êtes pas sérieuse ?
Nanamo Ul Namo : Mes amies, c'est pour cette raison que nous vous avons fait venir aujourd'hui.
Lorsque nous ferons notre déclaration au peuple, le chaos va inexorablement s'ensuivre.
En tant que dernier monarque de la lignée des Ul, nous vous le demandons solennellement : aidez Raubahn à maintenir l'ordre et à protéger les gens.
Pour une Éorzéa forte, vous aurez besoin d'une Ul'dah forte. Ne les abandonnez pas.
Kan-E-Senna : Votre Grâce... Êtes-vous sûre de ce que vous faites ?
Nanamo Ul Namo : Il n'y a pas d'autre solution.
Nous allons mettre un terme à la monarchie absolue et instaurer une République. De cette façon, les sultanistes et les monétaristes cesseront d'être.
Ul'dah n'appartiendra plus aux rois, aux reines ou aux princes marchands, mais à son peuple.
Raubahn... Pardonne-moi de ruiner tous tes efforts.
C'est la seule chose que je puisse faire pour aider mes sujets...